20170726 b2b habitat

Articles

Taxation des robots : bonne ou mauvaise idée ?

Le 16 janvier 2017. Rubrique Brèves distributeurs bricolage

La taxation des robots est l’un des sujets qui animait le débat de la primaire de gauche, le 13 janvier dernier. Pourquoi taxer les robots ? Et bien, selon Benoît Hamon, assujettir les robots à une fiscalité sociale permettrait de financer le revenu universel. Une proposition pas forcément bien accueillie puisque, de leur côté, les industriels considèrent que cela affaiblirait davantage l’industrie française, après des années d’une délocalisation due à la forte concurrence mondiale existante. Pour ces derniers, l’investissement productif robotique favorise la sauvegarde des emplois en France, contrairement à l’idée reçue selon laquelle l’intégration des robots dans l’industrie conduirait à la suppression massive d’emplois. Une position confirmée par une récente étude du Conseil d’Orientation et de l’Emploi, selon laquelle le développement de la robotisation dans l’industrie ne menacerait qu’une faible part des emplois. En revanche, près de 50 % de ces emplois devraient, toujours selon l’étude, voir leur contenu évoluer avec le développement des technologies de la numérisation et de l’automatisation, assurant ainsi aux salariés une montée en compétences et en qualifications. Enfin, le Symop, qui rendait public son Manifeste pour l’investissement productif en septembre dernier, va également dans ce sens, appelant les pouvoirs publics à pérenniser les mesures de soutien à la modernisation de l’industrie, à concentrer les exonérations de cotisations sociales sur les emplois les plus qualifiés et les plus rémunérateurs, et à anticiper les besoins de formation liés aux mutations technologiques, afin de favoriser la production en France.