20190222 Hong Kong HKTDC
JDC Jardin 2019 Banniere
20181030 interzun guangzhou
20180410 bricoscopie logo 20180410 jardiscopie logo 20180410 negocescopie logo

Articles

Interview Andreea Sembely - @runwithurdog : Temps et créativité au service des marques

Le 19 février 2019. Rubrique A la découverte

20190219 RUNWITHURDOG

A l’instar d’Animalis qui, à l’occasion du salon Animal Expo-Animalis Show, a invité un parterre d’influenceurs (cf. : Bricomag n°231), nombreux sont les fournisseurs et distributeurs qui, aujourd’hui, font appel à ces communicants 2.0. Andreea Sembely, blogueuse et instagrammeuse plus connue sous le pseudo runwithurdog, a accepté de nous faire part de son expérience.

Que vous évoque l’appellation : “animaux de compagnie” ?
Je n’aime pas trop cette appellation, car pour moi, mes chiens sont bien plus que des compagnons. Ils sont des amis fidèles, ma motivation pour faire du sport au quotidien, de vrais clowns qui me font rire aux éclats, des anges gardiens pour ma fille, des membres à part entière de mon équipe. Ils sont plein de choses à la fois et je trouve que le terme « animal de compagnie » est réducteur.
Whiskey est mon rêve d’enfant, le chien sportif par excellence, l’intelligence à l’état pur. Il comprend plus d’une centaine de mots, adore jouer, se dépenser, bouger en permanence et surtout nous faire plaisir. C’est grâce à lui que j’ai commencé à courir (pour le fatiguer, plus exactement) et je ne l’en remercierai jamais assez. Loulou, quant à elle, est le chien le plus déterminé du monde. Elle a un caractère de fonceuse et ne lâche rien. Des fois, peu importe le domaine, quand j’ai envie de jeter l’éponge, je me demande : « qu’est-ce que Loulou ferait si elle était à ma place ? », et je me ressaisis. Elle est drôle et câline, un amour avec les petits. Elle a toujours faim.
Avant même que ma fille ne soit née, Whiskey et Loulou ont bien senti sa présence. Ils sont vite devenus très protecteurs avec moi, très câlins, ce qui est assez curieux pour Whiskey, un hyperactif qui n’avait jamais le temps pour ce genre de futilités. Avant de tomber enceinte j’avais droit à un câlin le matin et un autre le soir. Depuis, il est devenu un vrai pot de colle et ça n’a pas changé depuis la naissance de ma fille. Les deux toutous ont été tout de suite curieux, par rapport à la petite. Dès le retour de la maternité, je leur ai présenté ce nouveau membre de notre famille et ils l’ont accueillie avec beaucoup de joie et douceur. Whiskey s’est senti investi d’une nouvelle mission de surveillance et protection. Il est, en permanence, près de ma fille. Il vient nous appeler si elle pleure dans son lit, une fois réveillée. Il surveille les amis ou les membres de la famille qui la prenne dans les bras. Il se couche au pied de son lit tous les soirs. Plus elle grandit et plus cette relation est drôle à observer car, petit à petit, elle s’intéresse à son entourage et, surtout, aux deux loustiques qui rôdent autour d’elle, et lui apportent sans cesse tous leurs jouets. Le jour où elle a réussi à attraper Loulou par les oreilles, le cri de joie qu’elle a poussé nous a tous fait éclater de rire. Loulou lui a répondu avec des léchouilles enthousiastes et la scène était en même temps touchante et rigolote.
C’est une belle rencontre, entre un bébé et ses amis poilus. Whiskey ayant les poils longs et doux, elle adore les attraper et les tirer, surtout parce qu’il se couche souvent à ses côtés. Il est assez stoïque, mais nous essayons de ne pas le laisser martyriser trop longtemps... même si ça n’a pas l’air de le déranger. Il reste un chien, il ne faut pas oublier que même les plus prévisibles peuvent un jour ne plus l’être. Les interactions sont, pour l’instant, faites en ma présence et celle de mon mari.

Pourquoi avoir fait le choix de partager votre quotidien sur le Web ?
J’ai commencé à publier sur Instagram quand j’ai commencé à courir avec Whiskey. Je cherchais des gens qui partagent ma passion pour le sport et les chiens. J’en ai trouvé tellement et nous parlons de tellement de choses aujourd’hui, entre les bons plans, les conseils liés au matériel, aux entraînements, à la nutrition. Je partage de plus en plus avec ma communauté, c’est sûr, mais ça s’est fait progressivement. La relation s’est construite au fur et à mesure. Au bout d’un moment, je recevais beaucoup de questions sur ma pratique et j’ai décidé d’y répondre en détail. C’est comme ça que le blog est né.
Depuis, j’ai un support de plus sur lequel j’échange avec ma communauté. Je ne vois pas ma présence online comme une contrainte, c’est, au contraire, un vrai bonheur. C’est un espace où je peux rencontrer des gens merveilleux, éplucher avec eux les sujets qui me préoccupent, voir que je ne suis pas la seule qui se pose des questions sur tel ou tel sujet, apprendre l’existence d’un super événement ou, au contraire, leur apprendre l’existence d’un super événement. C’est une relation à deux sens, comme celle que j’ai avec mes proches, mais super ciblée sur mes sujets préférés : le sport, les chiens et, depuis peu, la vie de maman sportive. J’adore ces interactions.

Que signifie être une “maîtresse-influenceuse” ?
Aie, je n’aime aucun de ces deux mots. La relation que j’ai avec mes chiens est, certes, hiérarchique, mais je ne les vois pas comme mes « propriétés », mais plutôt comme mes associés avec un moindre pourcentage d’actions... parce que j’ai, quand même, un droit de véto permanent. Mais un chien n’est pas une chose, j’en parle souvent dans mes posts. Le mot influencer, je ne l’aime pas trop non plus. Même si je comprends que nous devions bien mettre un terme sur ces nouvelles pratiques.
Ceci dit, mon quotidien sur les réseaux sociaux est lié à cette relation que j’ai développée avec les deux poilus et notre vie ensemble, les activités que nous faisons, les événements auxquels nous participons, les conseils que nous pouvons donner aux autres pour éviter nos erreurs, les produits que nous aimons, les endroits dog friendly que nous découvrons. Influencer n’est pas un objectif en soi. Je pense que c’est notre nature authentique qui peut motiver les autres, c’est notre acharnement pour toujours progresser qui donne envie à d’autres de se surpasser aussi. C’est ça, le véritable objectif.

Comment travaillez-vous avec les marques et que leur apportez-vous ? Et à votre communauté ?
Lorsque nous avons une bonne visibilité sur les réseaux sociaux, nous devenons intéressants pour les marques, bien évidemment. Ma particularité est de me trouver sur un créneau assez précis et d’avoir un public très avisé, sur des questions sportives en même temps que sur les questions liées aux chiens. Je reçois souvent des demandes de la part de marques qui se trouvent à cheval sur ces deux univers. Je reçois bien plus de sollicitations que ce que je finis par honorer, car je ne choisis de travailler qu’avec des marques dont les produits suscitent un vrai intérêt chez moi ou qui peuvent apporter une réelle valeur ajoutée à ma communauté. Ce que j’apporte aux marques avec lesquelles je travaille est mon temps et ma créativité. Pour bien parler d’un concept, un produit ou un événement, j’ai besoin de temps pour le tester, me faire une idée avisée, analyser ses points forts et faibles, réaliser un contenu de qualité. Car une jolie photo demande une bonne scénarisation, afin que les membres de ma communauté comprennent de quoi nous parlons et pourquoi, d’un bon matériel pour avoir une bonne qualité d’image, et de la post production, pour mettre en valeur l’image de base. Un bon post Instagram demande du temps pour être créé. Et, pour un article sur le blog, ce sont des heures et des heures de travail, de rédaction, mais aussi de relecture.
Ce que je pense apporter de plus fort à ma communauté est la motivation, le positivisme et la joie de vivre. Je ne mâche pas mes mots et je leur parle sans filtre de mes expériences qui peuvent les aider, que ce soit de l’éducation canine, des tips sportifs ou des tests de produits. Ça plait ou ça ne plait pas, ma communauté le sait. Nous pouvons parler de tout et même être en contradiction si nous nous respectons et sommes constructifs. Et, en effet, nous parlons de tout, sans tabou.•

20181210 aod1