20170726 b2b habitat

20170927 paysalia

Végétal : un service original chez Botanic

Écrit par Patrick Glémas Le 18 octobre 2017. Rubrique Distributeurs jardin

20171018 Botanic

Les ventes de végétaux sont à la peine. Production et distribution souffrent. Pour relancer ce marché, l’innovation s’impose. Elle passe par plus de services. Botanic l’a compris avec le premier service “racines en terre”. Découverte.

Depuis quelques années déjà, les ventes de végétaux marquent le pas. Et la tendance ne semble pas vouloir s’inverser. La cause ? La peur qu’ont les consommateurs de ne pas réussir leur plantation. Et d’invoquer le plus souvent qu’ils n’ont pas la “main verte” ! C’est la conséquence de la rupture dans la transmission du savoir et des savoir-faire en matière de jardinage. Comme y remédier ? Toutes les enseignes de jardinerie planchent sur le sujet. Botanic a pris de l’avance.
En début d’année, l’enseigne de jardineries a réuni ses 500 conseillers en végétal. L’objectif était, au cours de cette journée de réflexion, de faire émerger des pistes pour relancer les ventes. « De ces échanges, une idée est sortie du lot, rapporte Laurent Davier, Directeur des achats de l’enseigne. Toutes les semaines, une dizaine de clients demandent à nos conseillers si Botanic assure la plantation ! Pourquoi ne pas répondre à ce besoin ? ».
Un groupe de travail s’est mis en route pour proposer que les végétaux achetés en magasin soient transportés sur place et mis en terre en lieu et place du jardinier amateur ! Un peu à la manière des artisans associés avec les GSB pour installer les équipements achetés en magasin. Mais comment concrétiser une telle promesse avec du végétal ?
« Nous avons bâti un cahier des charges complet, explique Luc Blanchet, Président de Botanic. Puis nous avons cherché des solutions sur le marché pour le mettre en œuvre ». Forte d’une expérience passée malheureuse avec Mon Jardinier Botanic, parce qu’en avance sur son temps, l’enseigne a préféré faire appel à des partenaires extérieurs, paysagistes essentiellement.
« Nous avons rencontré Laurent Mur, fondateur de Gaarden, et nous avons trouvé un terrain d’entente », poursuit Luc Blanchet. Gaarden est une jeune entreprise à l’esprit start-up qui s’est lancé sur le marché du paysage en 2015. Elle entend démocratiser le recours à un professionnel pour l’entretien, l’aménagement et la création de jardins, de balcons et de terrasses. Pour cela, elle propose des conseils, des services et des prestations de qualité. Plutôt que de fédérer des paysagistes indépendants sur une plate-forme Internet, Gaarden a choisi un développement en propre, avec ses salariés et ses bases.
« Cet accord va permettre de prolonger l’expérience client du magasin au jardin, fait remarquer Laurent Mur. Nous sommes aujourd’hui le premier réseau national de jardiniers paysagistes avec une dizaine d’agences en propre. Nous nous positionnons sur le créneau du service à la personne. Nous sommes en train d’installer un nouveau modèle en France ». Le service est facturé à l’heure (38 € TTC) dont la moitié est déductible des impôts, avec un plafond de 5 000 € pour le jardin. Un coût abordable pour la clientèle de Botanic.
« Dans cette démarche commune, il y a un vrai partage de valeurs, précise Laurent Davier. Nous apportons à nos clients une qualité de la prise en charge et une garantie de chantier qui est refait s’il ne donne pas satisfaction. Et en plus, nous partageons les mêmes bonnes pratiques environnementales ». L’opération démarre en octobre, d’abord en région PACA, autour des sept jardineries de Botanic, pour roder et affiner le service sur une zone homogène. Il a vocation, ensuite, à être généralisé.
« Ce nouveau service nous permet de lever un frein à l’achat de végétaux, analyse Luc Blanchet. Nous rassurons nos clients en leur redonnant la “main verte”. C’est un levier essentiel pour relancer les ventes de plantes. Nous apportons une vraie valeur ajoutée. Nos équipes sont très enthousiastes à l’idée de proposer ce service à nos clients ». Une manière originale d’aider les particuliers à faire ce qu’ils ne peuvent plus faire ou ne veulent plus faire…

20170921 womansgarden