20170726 b2b habitat

20170927 paysalia

Marché de l’EPI : Croissance sous haute protection…

Écrit par Laurent Feneau Le 18 octobre 2017. Rubrique Dossiers Bricolage

20171018 EPI 1Jetant des passerelles entre les univers du BTP, de l’industrie et ceux du bricolage et du jardin, le marché de l’équipement de protection individuelle (EPI) se révèle des plus dynamique en 2017. Le secteur continue à bénéficier du besoin de sécurité toujours plus grand des utilisateurs, besoin auquel répond d’ailleurs favorablement le législateur.

Quand l’EPI va, tout va, serait-on tenté d’écrire en cette rentrée 2017. Force est en effet de constater que l’EPI se porte bien, très bien même… Bruxelles n’est d’ailleurs pas étrangère à cette belle santé. Depuis 1989, année de publication des premières directives européennes sur la conception et l’utilisation des EPI, l’univers de la protection – pour sa partie professionnelle, à savoir BTP et industries – est en effet de plus en plus réglementé, imposant à l’employeur la mise en place d’une prévention appropriée aux conditions de travail des salariés.
« Le marché des EPI est indéniablement soutenu par la réglementation. De fait, en fonction des priorités qui peuvent être définies par les pouvoirs publics, certaines familles d’EPI peuvent de façon circonstancielle bénéficier d’une exposition renforcée. C’est le cas ces dernières années des équipements de protection auditive ou de protection respiratoire », confirme Antoine Fabre, Délégué général du Synamap*.

A l’écoute des professionnels… et des bricoleurs !

Résultat, selon le cabinet d’études MSI Reports, le marché hexagonal de l’EPI confirme un retour à la croissance amorcé en 2015 (+0,3 %) avec une progression de son chiffre d’affaires de 1 % en 2016. De quoi conforter des industriels qui n’ont de cesse ces derniers mois de proposer de nouvelles solutions et de coller au plus près aux besoins des utilisateurs. Les marques concentrent notamment leurs efforts sur l’ergonomie des équipements, leur design et le confort apporté à l’utilisateur. Et ça marche ! « Encouragés par le législateur et par une conjoncture favorable qui tend à tirer le marché, les utilisateurs prennent peu à peu conscience de la nécessité de se protéger et s’équipent de mieux en mieux. D’où une montée en gamme significative du marché ces dernières années », confirme Vianney Hamoir, Directeur exécutif du groupe Cofaq, directeur des enseignes Master Pro.
Le secteur reste également porteur sur les différents univers de la maison, à commencer par le bricolage et le jardinage (voir encadré GfK). La prise de conscience face à l’intérêt et la nécessité d’être sécurisé et protégé est en effet de plus en plus forte chez le bricoleur amateur. Un message reçu 5 sur 5 par la plupart des acteurs historiques de la protection. A commencer par 3M. « L’EPI pour le bricolage – mais également pour le jardinage – est un marché en forte croissance », constate ainsi Yannick Heinry, Directeur Marketing 3M (voir également encadré).

Un marché très inspiré…

C’est plus particulièrement le cas sur le segment grand public de la protection respiratoire (11 % de parts de marché) où après l’arrivée massive sur le marché de masques légers bas de gamme qui ont grevé durant plusieurs années la valeur du marché, les industriels entendent impulser une montée en gamme chez le consommateur. Une bonne nouvelle pour l’EPI domestique car si la protection respiratoire est l’un des secteurs les plus porteurs pour le marché grand public, c’est aussi celui présentant les plus forts enjeux en termes de protection et de prévention. 3M, leader mondial de la protection respiratoire, mise ainsi sur le concept Cool Flow et sa soupape d’expiration brevetée limitant l’accumulation de chaleur et d’humidité à l’intérieur du masque.
Derrière la protection respiratoire en termes de parts de marché, la protection auditive enregistre des performances moindres. Tiré principalement par les bouchons d’oreille, le marché progresse en effet principalement en volume – 10 % par an en moyenne – mais peine à décoller en valeur. Et 2017 ne change pas la donne en la matière… Enfin, loin derrière avec à peine plus de 3 % de parts de marché, le segment des lunettes de protection n’en évolue pas moins à vitesse grand V ces dernières années. Résultat, des produits plus design et plus légers. Le niveau des ventes suit fort logiquement, mais essentiellement sur le segment des EPI à verres correctifs dont les volumes continuent à progresser ces derniers mois. Au-delà, les freins au développement du marché ne sont pas absents… Il existe effectivement une forte polarisation de la protection oculaire entre les produits à forte valeur ajoutée et ceux davantage orientés sur les prix, à l’image des lunettes de protection sans verres correcteurs, à la traine depuis plusieurs années…

Faire des pieds et des mains !

A l’image de la protection oculaire, le marché dédié à la protection des mains est lui aussi devenu très concurrentiel. Rien d’étonnant à cela lorsqu’on sait qu’il pèse pour près de 25 % de PDM de l’EPI… Très bataillé, il se distingue avant tout par l’importance de marques “phares” continuant à tirer le marché et la forte importation de produits asiatiques à bas prix. L’équilibre actuel penche toutefois naturellement du côté des produits à forte valeur ajoutée. Pour ces derniers, l’utilisation croissante de matériaux nouveaux – plus coûteux – tend d’ailleurs à compenser le poids des imports et à créer de la valeur sur le marché. Tout comme les vêtements de protection, les gants profitent en effet de la diversification des types de textiles utilisés (non-tissés par exemple) et notamment de l’apparition de nouvelles fibres techniques. Ces nouveaux matériaux confortent l’évolution vers des produits multifonctionnels et polyvalents couvrant davantage de champs d’application.
Enfin, le segment de la protection des pieds (19 % de PDM) qui regroupe les chaussures professionnelles de sécurité, mais également de nombreux équipements multifonctions outdoor/indoor pouvant être utilisés pour le bricolage et le jardin est lui aussi particulièrement engagé sur la recherche de nouveaux matériaux synthétiques moins onéreux que le cuir ou le caoutchouc. Fort de ses investissements, il tire son épingle du jeu ces dernières années, tant sur le marché domestique que sur le secteur professionnel. « Les nouveaux matériaux permettent de bénéficier de chaussures de plus en plus légères, mais tout aussi protectrices avec au final une très grande diversité de modèles permettant de couvrir tous les risques ; d’où de nouvelles opportunités sur ce segment », poursuit Vianney Hamoir (Cofaq - Master Pro).

20171018 EPI 2

Vers de nouveaux concepts de distribution ?

Bref, retour à la croissance du marché aidant, le travail du législateur a, au fil des ans, permis une prise de conscience de l’importance de se protéger sur l’ensemble du secteur de l’EPI, tant sur les chantiers de bricolage que sur les chantiers professionnels. Mieux, les équipements ne sont plus seulement considérés pour leur seule fonction de protection, mais également pour le confort et le bien-être qu’ils apportent. Résultat, les utilisateurs recherchent aujourd’hui des produits davantage ergonomiques, confortables et esthétiques. Au final, les EPI ne sont plus perçus comme une contrainte, mais comme de véritables outils performants contribuant à faire baisser le nombre d’accidents et à augmenter le confort au travail et donc la productivité. En aval, la distribution accompagne cette évolution. C’est entre autres le cas de Socoda qui participe de cette tendance en développant le conseil auprès des professionnels et en proposant aux utilisateurs une offre spécifique à chaque secteur de la protection (voir encadré).
Même engagement en termes de conseils et de service chez Cofaq et Master Pro. « L’information et le conseil sur le point de vente sont une mission vitale pour notre enseigne Master Pro qui se doit – grâce à ses vendeurs – d’apporter sécurité et santé aux professionnels ; c’est pourquoi nous avons par exemple un plan de vente spécifique à chaque métier », confirme Vianney Hamoir. Rappelons que le groupe dispose d’une enseigne spécifiquement dédiée à l’univers de la protection : Master Pro Expert EPI. « L’offre présentée est plus large avec en même temps des solutions de protection clairement expliquées aux professionnels ; le concept pose donc l’enseigne Master Pro Expert EPI comme un lieu ressources pour l’utilisateur et le donneur d’ordre qui peut en outre bénéficier de visite sur site – chantiers, industries, etc. – grâce auxquels les équipes de vente peuvent analyser encore plus précisément les besoins des professionnels », poursuit Vianney Hamoir. Et ça marche ! Le réseau Master Pro Expert EPI dispose déjà de 20 points de vente et une nouvelle ouverture est prévue pour début 2018…

Protection rapprochée en GSB

Idem du côté de la distribution grand public de l’EPI. Au fil de l’évolution et du développement des familles de produits, les différents circuits du bricolage structurent chaque année davantage leurs assortiments. A commencer par celui des GSB… « Nous avons réorganisé notre offre sur l’EPI en transférant certaines gammes d’équipements – chaussures de protection par exemple – du jardin vers l’outillage où la demande est plus importante, avec une demande forte sur la protection des pieds, mais également sur la protection auditive et respiratoire. Au final, nos ventes sur l’EPI devraient progresser de 2 % en 2017, grâce à la réorganisation de notre offre, mais également à sa clarification. La lisibilité des linéaires est en effet très importante sur un univers aussi technique. C’est d’ailleurs pourquoi les industriels misent tout particulièrement sur des pictogrammes et des ILV venant clarifier les usages spécifiques à chaque équipement », commente ainsi Julien Pichon, Chef de rayon Outillage du point de vente Mr.Bricolage de Basse Goulaine (44). Bref, distributeurs et industriels – tant sur le grand public que sur le professionnel – s’engagent tant sur la qualité, que l’accompagnement et la pédagogie. Résultat, les prévisions sont bonnes pour l’année 2017. Selon les derniers chiffres MSI Reports, le marché devrait terminer l’année à +1,7 %. Une performance due aux résultats enregistrés sur l’Hexagone, mais également hors des frontières. Les ventes à l’international représentent en effet désormais un tiers du chiffre d’affaires total du marché tricolore de l’EPI. Celles-ci devraient particulièrement tirer le marché ces prochains mois avec une perspective de croissance de 2 % pour 2018…
* Synamap : Syndicat National des Acteurs du Marché de la Prévention et de la Protection

20170921 womansgarden