20180808 Welc home
20180605 taiwan
20180521 CIHS Shanghai
20180410 bricoscopie logo 20180410 jardiscopie logo 20180410 negocescopie logo

Deux années à succès pour le Secimpac

Écrit par Jeffrey Bevilacqua Le 29 janvier 2018. Rubrique Fournisseurs bricolage

20180129 Secimpac 1

Après 2015, le SECIMPAC organisait le 5 octobre dernier, au salon Gustave Eiffel, sa deuxième Biennale, afin de résumer le rendement des marques et de leurs produits. Le sans-fil et les objets connectés sont de plus en plus prisés tandis que les stratégies digitales sont encore encouragées.

Près de 2,3 milliards d’euros de chiffre d’affaires et 4 200 salariés, voilà ce que pèse le SECIMPAC en 2017. Le syndicat des entreprises internationales de l’outillage portatif et des consommables tenait, le jeudi 5 octobre, au 1er étage de la Tour Eiffel, la deuxième édition de sa Biennale. Une conférence qui fait le bilan de l’exercice précédent, de celui en cours et annonce les tendances pour l’année prochaine. C’est devant des dizaines de directeurs de marque que Pierrick Auboiron, Vice-Président du syndicat créé en 1945, a annoncé que la croissance enregistrée sur l’année 2017 est toujours très favorable, comme depuis 18 mois. Avant septembre, les ventes d’outillages électroportatifs (OEP) ont augmenté de 8,2 % par rapport à 2016. Une tendance qui devrait se maintenir jusqu’à la fin de l’année et même s’approcher des 10 %, selon les prévisions. Le SECIMPAC, qui rassemble 27 marques (dont Kärcher, Bosch et Stihl), permet aux entreprises de se connecter, de bénéficier d’une prévention des risques, d’un support médiatique, d’un législateur et de conseils pour se lancer dans une politique plus environnementale.
L’année 2016 a été une année charnière dans la transition du filaire à la batterie. De plus en plus de personnes, particuliers ou professionnels, achètent des machines sans fil. En 2011, la part de machines à batterie achetée par les professionnels était de 44,7 %. En 2016, ce total était à 49,9 %. Vu la tendance actuelle, ce chiffre devrait atteindre 50 % très rapidement.

L’outillage portatif, un succès aussi chez le grand public ?

Pour ce qui est du grand public, la tendance est aussi à la hausse. Si internet est entré dans la course depuis quelques années maintenant, les particuliers continuent de se déplacer en magasin. En effet, selon GFK, 85 % des consommateurs font leurs achats en grande surface de bricolage de type Leroy Merlin ou Bricorama. Les marques y jouent toujours un rôle majeur et moteur puisqu’en 2016, 83 % des produits achetés appartiennent à une marque (soit +4,3 points par rapport à 2015). Les marques du SECIMPAC représentent 5,7 % de ce total. Elles jouent un rôle déterminant dans l’achat des particuliers, car une marque rassure et légitime le produit.
L’OEP séduit aussi chez le grand public. Depuis plusieurs années, ce secteur est en progression constante. En 2013, il générait 325 millions d’euros. En 2016, ce total a augmenté de 20 millions. Pour ce qui est des produits qui ont moins de deux ans d’existence sur le marché, c’est 126 millions d’euros qui sont générés. Ce chiffre représente également 27 % du marché (soit quatre points de plus qu’en 2013). L’innovation est donc, plus que jamais, d’une importance capitale.
Chez les particuliers, la tendance du sans-fil est aussi à la hausse, mais celle-ci est encore plus marquée. En 2013, les machines à batterie représentaient 35 % des achats. En 2016, ce chiffre est monté jusqu’à 44 % et a même atteint la barre symbolique des 50 %, pour le dernier mois de l’année dernière. Le grand public est de plus en plus séduit par la liberté que lui accordent les produits sans fil. Les solutions connectées (alarmes ou volets par exemple) continuent également de voir leur succès grandir. Avec 223 millions d’euros de chiffre d’affaires, ces objets ont désormais leur place dans le cœur des consommateurs.

S’impliquer dans la sphère digitale

Informations diverses, simplicité et rapidité, telles sont les trois caractéristiques principales qui font que le grand public se sert de plus en plus d’internet pour effectuer ses achats. Aujourd’hui, plus de 60 % des visites se font en ligne. Pour convaincre les internautes, les marques usent de nouveaux stratagèmes « online ». L’utilisation des réseaux sociaux est, bien sûr, une priorité pour toutes firmes modernes. Les tutoriels et l’usage d’« influenceurs » (personnes populaires sur les réseaux sociaux utilisées pour faire de la pub, plus ou moins masquée, pour un produit) sont des nouvelles modes que plébiscitent les marques. Aujourd’hui, selon GFK, les pubs sur internet influencent 29 % des consommateurs, contre 31 % pour les médias traditionnels.

Et le jardin dans tout ça ?

Comme pour l’OEP, le marché du jardin et de la motoculture connaît une forte croissance puisque sur les 12 derniers mois, le marché connaît une hausse de 6,4 %, notamment boosté par les robots de tonte et la batterie (+47 % !). Les produits sans fil représentent désormais 22 % de la valeur du marché, contre 16 % en 2016. Les tondeuses robotiques connaissent une hausse impressionnante puisque près de 420 000 appareils ont été vendus en 2016, contre 300 000 en 2015. D’autres technologies vont venir dynamiser le marché du jardin, d’ici début 2018 : un casque de réalité virtuelle qui permet de couper une haie ou un arbre, bien plus facilement ou encore un robot de tonte, toujours plus connecté, qui peut indiquer une présence dans le jardin ou une forte présence de pollen.
Après une année 2015 compliquée, tous les secteurs ont repris leur marche en avant en 2016 et sur l’exercice en cours. Comme pilier de cette croissance, les nombreuses innovations que proposent les marques de SECIMPAC. En attendant la fin de l’année, les promesses sont belles pour 2018. Optimistes, les membres du SECIMPAC ont raison de l’être. Deux grands projets vont générer des investissements significatifs sur plusieurs années : Le Grand Paris et les JO 2024, dans la capitale.