JDC Jardin 2019 Banniere
20181030 interzun guangzhou
20180410 bricoscopie logo 20180410 jardiscopie logo 20180410 negocescopie logo

Conférence Dachser : L’ère de la digitalisation…ou comment réinventer la supply chain

Le 17 janvier 2019. Rubrique A la découverte de

20190117 Dacher

Dachser organisait le 22 novembre dernier à Paris une conférence autour des principaux enjeux du marché de la logistique. Organisé en différentes interventions et tables rondes, l’événement faisait entre autres le point sur les enjeux autour de la digitalisation de la chaine logistique tout en braquant les projecteurs sur la solution Dachser DIY-Logistics et son adéquation aux différents acteurs de la distribution du bricolage et du jardin.

Pas de doute : pour asseoir la croissance de leur chiffre d’affaires ces prochains mois, les logisticiens - et leurs clients partenaires ! – peuvent miser sur le digital. Le champ des possibilités offertes est d’autant plus large que la Supply Chain a jusqu’alors été relativement peu disruptée par les nouvelles technologies. L’utilisation de la Big Data par exemple, ne s’est pas encore généralisée chez tous les logisticiens. Selon une récente étude Capgemini Consulting/GT Nexus, une majorité de responsables de la chaîne d’approvisionnement (52 %) reconnaissent avoir « très peu accès aux data issues de leur chaîne logistique étendue » et 48 % utilisent toujours des outils « traditionnels ». Pourtant comme nous le verrons plus loin avec Dachser, la Big Data peut très largement contribuer à optimiser la chaîne d’approvisionnement.
A l’inverse, la digitalisation de la Supply Chain est largement plus engagée côté robotique. Les véhicules à guidage automatique (VGAs) permettent effectivement déjà le transport des marchandises de manière autonome et rapide, tandis que les drones sont déjà utilisés par le géant américain de la distribution Walmart. En outre, même si l’utilisation de la Big Data tarde un tant soit peu à se généraliser sur l’univers de la logistique, les mégadonnées et leurs systèmes d’exploitation actuels, permettent d’ores et déjà de mettre en place de nouveaux modèles de distribution. Les premiers résultats sont là et déjà, le fameux machine Learning* fait figure de nouveau Graal chez les professionnels de la distribution et de la logistique. Késako ? Tout simplement une nouvelle génération de machines capables d’apprendre par elles-mêmes ou presque… « Ces machines auto-apprenantes ont la capacité de découvrir par elles-mêmes des modèles de comportement des données », explique ainsi en début de conférence Daniel Vazny, Business integration manager Dachser IT.

Dachser : la logistique 4.0.

Force est en effet de reconnaître que les opportunités offertes par la digitalisation sont nombreuses pour la Supply Chain… Si au niveau de la livraison, la digitalisation permet par exemple d’anticiper la pluralité des options de services (livraison standard, express, à domicile, en magasin, à l’international, en relais colis, etc.), les possibilités sont tout aussi nombreuses en entrepôts. En effet, toutes les informations étant digitalisées, le nombre de terminaux est réduit. Il n’est plus nécessaire de disposer d’une borne transport pour chaque prestataire, car on peut consulter l’ensemble des données sur un unique point d’accès. Sur des entrepôts de grande taille, la digitalisation permet à un opérateur de recevoir et de traiter l’information, quel que soit l’endroit où il se trouve, sans avoir à revenir à son poste de travail. Il peut ainsi faire son inventaire à partir d’une tablette. Au final les gains de déplacements et de temps sont évidents. D’autant que le digital permet de bénéficier d’alertes telles que l’estimation de la charge de travail restante dans l’entrepôt à un instant T en fonction des commandes et de l’historique de l’activité. Une demi-seconde suffit pour le calculer. Il y a dix ans, cela prenait une minute et il y a 20 ans il fallait compter une demi-heure…
Comparativement à ses concurrents, Dachser fait preuve d’une longueur d’avance certaine en matière de digitalisation de la chaine logistique. « Actuellement, nous traitons 89 % de toutes les commandes électroniquement. Quand nous transportons des marchandises pour les clients, les informations d’envoi les précèdent toujours sous forme numérique. Nos activités d’entreposages, nos modalités d’offres et nos systèmes de facturation sont également commandés par TI. Nos outils s’appuyant sur le web connectent nos clients directement aux systèmes de transport et d’entreposage de Dachser. Au final, plus de 21 000 clients dans le monde entier utilisent les outils eLogistics en ligne de notre entreprise », confirme ainsi en début de conférence Stefan Hohm, Corporate director solutions, R&D Dachser.

eLogistics : une offre en constante évolution…

On l’aura compris, la digitalisation fait partie intégrante du développement de Dachser. Et comme l’expliquent Stefan Hohm et Daniel Vazny, l’application eLogistics constitue le fer de lance de l’offre digitale du logisticien. De la gestion des ordres de transport aux expéditions en passant par les enlèvements, « tout est contrôlé en temps réel », poursuit Daniel Vazny. Dachser dispose également d’une application type “Tracking & Tracing” donnant toutes les informations par rapport à la situation d’une expédition à un instant T. Enfin, la traçabilité des flux et des marchandises est assurée par l’application “Label Print”. « Le client fait sa préparation de commande sur son ERP** ; l’application permet ensuite de transmettre la commande directement du client vers Dachser et de générer automatiquement fichiers d’expédition et étiquettes pour les marchandises », précise l’intervenant.
Si avec eLogistics, Dachser offre une large gamme de fonctionnalités à ses clients, le logisticien n’en tient pas moins à enrichir régulièrement sa palette d’outils numériques. D’où de nombreuses nouvelles solutions. A commencer par la toute dernière version de “Warehousecontrol”, à l’ergonomie améliorée, permettant de suivre le processus de préparation des commandes dans les moindres détails. Ainsi, le client a-t-il accès à toutes les données et étapes, de la réception à l’état de stock, en passant par le suivi de l’expédition, jusqu’au suivi des lots et la livraison au destinataire. Fort de ces outils performants, le logisticien allemand est parfaitement en phase avec les enjeux actuels sur le secteur du digital, notamment ceux concernant la Big Data. En effet, les études les plus récentes révèlent que 90 % des mégadonnées utilisées aujourd’hui par les entreprises - tous secteurs confondus - sont erronées… D’où l’importance de mettre en place un contrôle qualité de la data. Chez Dachser ce contrôle est déjà effectif. « Au bout de quatre semaines de travail avec un nouveau client, une extraction de données est réalisée et un contrôle qualité initié. Une fois celui-ci terminé, il est possible de proposer une solution logistique pérenne sur la base de data justes et pertinentes », détaille Daniel Vazny. Afin d’aller plus loin sur la Big Data, le logisticien a récemment développé un “Data Space”, soit en amont d’eLogistics, un espace permettant de stocker et de catégoriser les données. « Le Data Space permettra ainsi de s’assurer que l’on a toutes les données client nécessaires pour déployer une offre logistique ad hoc », ajoute le Business Integration Manager IT.

Bricolage et jardin : l’art du sur mesure…

Mais le logisticien d’outre-Rhin n’entend pas s’arrêter en si bon chemin… La multiplication des acteurs et des flux rend en effet les Supply Chain de plus en plus complexes et impose d’anticiper les prochaines évolutions sur le secteur logistique. Ainsi Dachser mise-t-il sur un modèle “Fourth Party Logistic” (4 PL) pour les prochaines années. « Un acteur 4 PL est un intégrateur de Supply Chain qui assemble et gère les ressources, capacités et technologies de sa propre organisation et celles de prestataires de services complémentaires afin d’offrir des solutions pour une Supply Chain maitrisée », explique ainsi Stéphanie Merle, Business development manager Dachser France. Et force est de constater que Dachser s’inscrit en effet pleinement dans ce modèle logistique contemporain lui permettant de développer entre autres des plates formes de type “Lead Logistics Provider” (LLP). Et Stéphanie Merle de préciser, « en clair, en communiquant en temps réel via EDI*** avec le client, les transporteurs et logisticiens, le système IT LLP Dachser permet à la tour de contrôle d’assurer bien sûr la gestion du transport mais également une parfaite visibilité sur toute la chaine - avec bientôt un Track and Trace par article - sans oublier toute une gamme de services additionnels (gestion des formalités douanières, des risques, des emballages, calcul d’émissions carbone, etc.) ». Dachser est en passe de devenir un acteur LLP majeur sur le marché de la logistique, y compris sur les segments spécifiques du bricolage et du jardin.
Comme évoqué plus haut, Dachser développe en effet une prestation logistique spécialement dédiée aux acteurs du bricolage. Massification des volumes, consolidation des flux et e-logistique, la solution DIY-Logistics repose sur l’ensemble des services différenciants proposés par le prestataire. En amont, elle s’adosse à une logique d’approvisionnement global, Dachser étant présent sur tous les marchés mondiaux du DIY. Au-delà, « notre solution logistique pour le bricolage et le jardin ne s’arrête pas à la livraison en magasin », précise toutefois Boris Pierre, Business Development Manager DIY-Logistics. Et de préciser, « elle se prolonge également par des solutions merchandising et repose sur une gestion Omnicanal des flux ». Preuve de l’adaptabilité de la solution DIY-Logistics à tous les acteurs du bricolage et du jardin, celle-ci peut prendre la forme d’un partenariat global s’appliquant à l’ensemble de la chaine logistique, ou au contraire, d’une prestation “à la carte” permettant au client de construire son outil logistique sur mesure. Ainsi, invité sur la conférence en tant qu’acteur majeur sur le mobilier de jardin, Couleurs du Monde s’est récemment rapproché de Dachser et a opté pour un modèle logistique type “One Stop Shopping”. De l’import à la livraison en passant par l’entreposage, celui-ci se concrétise par un transfert logistique global de l’entreprise vers le prestataire allemand. « Nous parlons le même langage avec les équipes Dachser, ce qui nous permet de collaborer efficacement et de faire de notre logistique un levier de croissance », explique ainsi Noël Stasiaczyk, Managing director Couleurs du Monde. A l’inverse, Dachser a tenu à proposer un catalogue de services à Scanelec (Filiale Grand Public du groupe Schneider) afin que ce dernier construise son outil logistique sur mesure, au fil de ses besoins. « Nous avons ainsi pu mettre en place une plateforme logistique co-réalisée avec Dachser mais aussi avec nos équipes en interne, en associant également à la réflexion chacun de nos fournisseurs », témoigne à son tour Sylvain Bossé, Supply Chain Director Scanelec.

Vent favorable pour Dachser !

Au final, de bout en bout de la chaine, Dachser se positionne sur la qualité des flux logistiques, « la différenciation porte désormais sur la valeur ajoutée logistique proposée et l’optimisation de la balance commerciale de nos clients », conclut Boris Pierre. Un engagement qui fait la différence si l’on se réfère aux derniers résultats du groupe… Le prestataire logistique franchit en effet pour la première fois la barre des 6 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2017. Atteignant précisément 6,12 milliards d’euros, le chiffre d’affaires brut consolidé du logisticien fait ainsi un grand bond en avant de 7,2 %. Une performance qui permet à Dachser de créer 1 648 nouveaux emplois sur la période concernée. Enfin, les 81,7 millions d’envois (+ 2,1 %) pour un tonnage total de 39,8 millions de tonnes (+4,3 %) constituent également de nouveaux records historiques. « Nous avons résolument poursuivi notre stratégie d’exportation gagnante dans les transports terrestres européens et bénéficié d’un élan supplémentaire grâce à l’intensité accrue des échanges mondiaux », explique Bernhard Simon, CEO de la société. Et d’ajouter, « les tarifs à la hausse du fret aérien et maritime ont également contribué à la hausse substantielle de notre chiffre d’affaires ».
Si la croissance du groupe est portée par les fortes activités d’exportation en Europe, la dynamique concerne plus particulièrement certains pays. « Parallèlement à l’Allemagne, notre épine dorsale traditionnelle, la France s’affirme de plus en plus comme le second moteur de notre activité de transport terrestre transfrontalier. Nous avons ces dernières années résolument travaillé à l’instauration de cet axe logistique stratégique », conclut ainsi Bernhard Simon. Et 2019 ne devrait pas inverser la donne, car pour Dachser comme pour l’ensemble des acteurs du marché de la logistique, le vent souffle du bon côté… Le commerce international et l’accélération de ses flux laissent en effet augurer des perspectives encourageantes du fait d’un marché encore externalisé à moins d’un tiers et d’un contexte où, pour les grands groupes, le savoir-faire logistique est un élément clé de compétitivité.•

20181210 aod1