20190918 batimat
20190624 CIHS
20190927 Paysalia
20180410 bricoscopie logo 20180410 jardiscopie logo 20180410 negocescopie logo

Rénovation énergétique : Un point sur l’avancée du bâtiment

Écrit par Juliette Vignaud Le 8 août 2019. Rubrique A la découverte de

20190808 FFB Renovation energetique

Les acteurs du Plan Bâtiment Durable ont fait le point sur de nombreux dossiers, à l’occasion de leur récente assemblée générale, le 18 juin dernier.

Les avancées du plan de rénovation énergétique des bâtiments, la préparation de la future réglementation environnementale de 2020 et les dynamiques territoriales étaient les thèmes de la 31e édition de l’assemblée générale du Plan Bâtiment Durable. Tous les acteurs intéressés par l’efficacité énergétique et environnementale du bâtiment durable se sont réunis à la Fédération Française du Bâtiment, le 18 juin dernier, sous l’égide du Président du Plan Bâtiment Durable, Philippe Pelletier.
Emmanuelle Wargon – Secrétaire d’État auprès du ministre d’État, ministre de la Transition écologique et solidaire – et Julien Denormandie – ministre auprès de la ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales, chargé de la ville et du logement – étaient conviés à cette réunion. Cette présence politique a permis à Philippe Pelletier de rappeler à quel point le réseau du Plan Bâtiment Durable était enchanté de la perspective de la future réglementation environnementale (RE2020), mais qu’il faut à tout prix rester vigilant pour ne pas rater la mise en œuvre. « La réglementation arrivera quand nous aurons terminé l’expérimentation énergie carbone. Or, nous n’avons pas encore récolté l’ensemble de ses fruits, les retours d’expérience sont trop peu nombreux. S’il faut quelques mois de plus, prenons-les. Il faut savoir prendre le temps pour obtenir un gage de réussite et ne pas s’enfermer dans un calendrier », a-t-il rappelé lors de son discours d’introduction. Selon lui, ils doivent être collectivement vigilants : la prime pour les changements de chaudière était la première étape dans ce parcours de rénovation, il faut désormais continuer dans cette démarche d’accompagnement des ménages. Il a notamment insisté sur l’importance de se caler sur la solvabilité des ménages pour éviter que la RE2020 n’entraîne un surcoût trop élevé.

Quel bilan à l’heure actuelle ?

Les acteurs du Plan Bâtiment Durable ont donc profité de leur assemblée générale pour rappeler le contexte et les avancées du plan de rénovation énergétique des bâtiments avec, notamment, la future réglementation environnementale de 2020. Pour rappel, cette future réglementation est en fait le projet de loi énergie climat, en examen à l’Assemblée nationale. Cette loi répond aux objectifs du Plan Bâtiment Durable.
Au sujet de ce futur corpus réglementaire, le ministre Julien Denormandie a, de son côté, évoqué la détermination politique qu’il avait concernant le bâtiment durable dans les domaines de la Construction et de la Rénovation, et leurs bénéfices pour les citoyens. Il croit également en l’avancée significative que permettra la RE2020 sur les matériaux biosourcés. « Le bois est pour l’instant plus cher que la construction traditionnelle, et l’un des défis sera de diminuer le coût, notamment en structurant la filière », a précisé le ministre, de formation ingénieur des bois et forêt, « nous sommes tous engagés dans l’expérimentation et nous agirons avec pragmatisme, en étudiant les résultats pour favoriser le bâtiment durable ».
De son côté, le Plan Bâtiment Durable ne cesse de multiplier ses actions autour de la problématique. Par exemple, le groupe de travail “RBR 2020-2050” a été créé pour proposer un cadre d’analyse de l’impact de l’intelligence artificielle sur les bâtiments durables. Autre engagement de la part du réseau, la création de la plateforme MOOC Bâtiment Durable, avec l’ADEME. Cette plateforme a pour vocation d’héberger l’ensemble des MOOC (Massive Open Online Course) concernant le bâtiment durable et, ainsi, former au mieux la communauté d’apprenants.

Quelques éclaircissements

Cette réunion s’est tenue dans un contexte politique particulier. En effet, le Premier ministre, Edouard Philippe, avait annoncé, auparavant, qu’il y aurait une “remise à plat” des aides à la rénovation. A la mi-mai, François de Rugy, Ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, avait, lui, évoqué qu’une première réunion de la convention citoyenne aurait lieu avant la fin du mois de juin. A ce sujet, la ministre Emmanuelle Wargon a annoncé « une installation durant l’été et un début des travaux à l’automne ». Cette convention, composée de 150 citoyens tirés au sort, devra plancher sur plusieurs sujets dont la simplification des aides financières étatiques dans le domaine de la rénovation. Sur la nouvelle version du Crédit d’imposition transition énergétique (CITE), Emmanuelle Wargon a promis des annonces “rapidement”. Le CITE sera transformé en primes pour les ménages modestes et très modestes. « Le CITE sera retravaillé en proportionnant le montant de l’aide à l’efficacité énergétique du geste », a-t-elle précisé. « La qualité des travaux est importante pour nous, et nous sommes favorables à un système où l’aide est liée à la performance. »
Concernant le parc tertiaire, le diagnostic de performance énergétique devrait être publié d’ici le mois de novembre. Le texte, dont la base législative est dans la loi Élan, doit imposer aux personnes propriétaires ou utilisatrices de biens tertiaires – dont la surface est supérieure à 1 000 m2, pour ne pas trop assujettir les petites entreprises – de faire des progrès en dépenses d’énergie finale sans dégrader le carbone. En effet, le diagnostic de performance énergétique évalue la consommation en énergie du bâtiment, et lui attribue une étiquette énergétique et une étiquette climat sous la forme d’une lettre, de A à G, selon sa performance et son niveau d’émission de gaz à effet de serre. Les deux étiquettes de DPE sont accompagnées de préconisations et recommandations pour parvenir à de meilleurs résultats, le diagnostic de performance énergétique ayant pour objectif d’encourager les travaux de rénovation énergétique, dans une politique globale de réduction de la consommation en énergie. Si les dépenses énergétiques ne sont pas réduites d’ici quelques années, des sanctions pourront être appliquées.
Il reste encore beaucoup de chemin à parcourir dans la rénovation énergétique des bâtiments, mais le Plan Bâtiment Durable est sur la bonne voie pour répondre aux objectifs. Le réseau organise, par ailleurs, son 8e congrès international du Bâtiment Durable, en septembre prochain.•