20190918 batimat
20190624 CIHS
20190528 bricoday
20180410 bricoscopie logo 20180410 jardiscopie logo 20180410 negocescopie logo

Eureka Paris : Le retour du magasin de couleurs !

Écrit par Patrick Glémas Le 11 mars 2019. Rubrique Distributeurs

20190311 Eureka

Les habitants de la rue des Pyrénées, à Paris, ont réservé un très bon accueil au magasin Eureka. Avec son offre de qualité et ses services, il répond aux besoins quotidiens des habitants de cet arrondissement de la capitale. Ce qu’ils apprécient. La droguerie de quartier est de retour !

Le magasin est installé rue des Pyrénées, dans le 20e arrondissement de Paris, à un carrefour. En face ou presque, un Carrefour Market. L’emplacement n’a pas été choisi au hasard par Philippe Fournel, son propriétaire qui l’a créé ex nihilo en novembre 2015. « C’est une rue de bouche où les commerces alimentaires ainsi que les restaurants sont nombreux, explique notre homme. La densité de population est aussi importante. Il y avait une bonne adéquation potentielle entre le concept d’une droguerie et le quartier ».
D’autant que ce type de commerce avait disparu depuis longtemps. Philippe Fournel s’est donc lancé, avec l’appui de Desamais. Quatre ans plus tard, le pari est transformé. Le magasin est maintenant bien implanté et reconnu dans le quartier. Il suffit de faire quelques pas sur le trottoir avec le propriétaire pour le voir saluer les uns et les autres. Les retours sont positifs : « vous avez tout », « ici, nous sommes bien renseignés », « c’est super d’avoir une droguerie près de chez soi »…

Un magasin de quartier

Aujourd’hui, le magasin repose sur une base de 4 000 clients fidèles. « Sur 100 encaissements, 40 sont des habitués du magasin, fait remarquer Philippe Fournel. Le panier moyen est de 23-24 € ». De quoi faire progresser le chiffre d’affaires de 10 % par an en moyenne pour, aujourd’hui, atteindre 350 000 € hors taxes. Des retours qui valident la pertinence du projet. Le magasin recrute ses clients sur un rayon de 800 m. Les retraités sont bien implantés, mais les jeunes couples se font de plus en plus nombreux, l’immobilier étant encore abordable dans cette partie de Paris. Ils s’installent, donc leurs besoins sont importants. De futures recrues pour Eureka !
Cet arrondissement se caractérise aussi par une grande diversité culturelle. En plus des « parisiens », il abrite une forte population originaire d’Italie, du Portugal, du Maghreb et de l’Afrique subsaharienne. Ces derniers, par exemple, ont des demandes très spécifiques, comme la recherche de grands contenants. Ils sont aussi très exigeants sur la largeur d’offre en pâtisserie. La décoration prend une place importante qui demande une grande technicité et des ustensiles adaptés. Autant de diversité dans les demandes qui doit être suivie dans les gammes du magasin…

Répondre au faire soi-même

Une bonne partie de la clientèle a aussi une démarche « bio » et du faire soi-même. Elle cherche des produits qu’elle ne trouve pas en grande surface. « C’est une clientèle plutôt jeune qui est aussi capable d’aller sur Internet, constate Philippe Fournel. Cela se traduit par des demandes pointues sur les composants pour faire des produits ménagers soi-même. Ce qui nous oblige à avoir une offre plus qualitative et différenciée. Nous proposons des produits à la qualité contrôlée pour être sûre qu’ils marchent sans souci. Cela rassure notre clientèle tout en donnant une bonne image de marque à notre magasin. D’autant que nous assurons le service qui va avec : accueil et explications ». Un pari audacieux car le magasin ne fait que 150 m2. Il est ouvert du mardi au samedi, de 10 h à 19 h 30, sans interruption. Deux personnes s’en occupent : Philippe Fournel et Claude Guillaume, l’unique employé permanent. Un stagiaire vient prêter main-forte parfois. Et il ne dispose pas de réserve ! L’approvisionnement se fait à flux tendu. « Je privilégie la largeur de gamme plutôt que d’aller chercher du quantitatif avec une offre promotionnelle », fait remarquer Philippe Fournel. Les produits arrivent régulièrement en magasin, parfois à l’unité.

La carte de la qualité

L’objectif affiché par le propriétaire de la droguerie est que ses clients aient la certitude qu’ils peuvent acquérir un produit de qualité, avec un assortiment adapté à leurs besoins et une qualité de conseils et de services irréprochables. « Nous avons refusé certaines marques par choix, poursuit Philippe Fournel. Et nous suivons régulièrement des formations pour être au top de la connaissance produit. Aujourd’hui, nous proposons 6000 références en magasins. Mais nos clients peuvent commander l’une des 25 000 références qu’il y a sur le site Internet d’Eureka. S’ils passent commande le mardi ou le mercredi, leurs produits sont disponibles en magasin en fin de semaine. S’ils le font le jeudi, le vendredi ou le samedi, ils peuvent venir les chercher le mardi suivant. Ce sont les délais d’Internet avec le conseil et la vérification du produit en plus ! ».
Dans cette droguerie, le contact humain est une valeur forte. Un principe que Philippe Fournel a tiré de son expérience dans la distribution, à la Fnac et chez Rougié et Plé, notamment. « J’ai eu un flash lors de mon expérience chez Rougié et Plé, une enseigne destinée aux arts graphiques, confie Philippe Fournel. Nous vendions des produits techniques. J’ai remarqué que nos clients étaient prêts à payer le prix pour un produit dont ils étaient sûrs de la qualité. A chaque vente, il y avait un échange de savoir-faire. Nous allions au-delà du prix. C’était plus enrichissant et cela créait de la fidélisation ».

La droguerie, par choix professionnel

La cinquantaine venue, notre homme a voulu vivre son propre projet. La voie du commerce était toute tracée ! Mais dans quel secteur ? Dans les disques et les livres, la concurrence était forte. Ailleurs, les créneaux étaient encombrés. « Le seul où il y avait quelque chose à faire était la droguerie, indique Philippe Fournel. Cela impliquait du savoir et des savoir-faire, donc des échanges avec les clients ». Mais comment se lancer sans connaissance du secteur ? Disposer d’un concept tout fait s’avérait plus pratique pour démarrer. Eureka lui est apparu le plus abouti. « J’ai d’abord choisi un partenaire grossiste qui offre un assortiment large et de qualité, avec un service, avant de connaître l’enseigne », précise notre homme.
« Démarrer une droguerie à partir de rien s’avère très difficile, ajoute Philippe Fournel. Desamais m’a proposé un assortiment prédéfini pour créer mon magasin. L’assistance des équipes et le soutien technique de mon projet ont été primordiaux. Ils ont facilité mes premiers pas. C’est fondamental ! ». Pour l’épauler dans cette aventure, Philippe Fournel a embauché Claude Guillaume avec qui il travaillait chez Rougié et Plé. « Il a la même approche que moi, explique-t-il. Nous connaissons les produits avant de les vendre. Cela nous permet de donner des renseignements de qualité à nos clients. Et nous répondons ainsi à notre promesse figurant sur notre enseigne : Notre expertise ! ».

Un magasin bien intégré

Résultat : une droguerie de quartier pleine d’humanité où chacun trouve ce dont il a besoin. L’entrée, assez étroite, accueille l’univers Côté Cuisine très fourni. Tous les ustensiles et accessoires pour cuisiner soi-même sont disponibles. Et pour toutes les cuisines du monde. Ensuite viennent la caisse et le point-conseil, sas avant de se rendre dans le fond du magasin, plus vaste et plus haut de plafond. Là se trouve l’univers Côté Bricolage qui propose tout ce qui est nécessaire pour les interventions courantes, hors gros travaux et décoration. Un espace partagé avec l’univers Côté Intérieur, l’offre droguerie proprement dite. Le client trouve tout, et au-delà, pour l’entretien de la maison, mais aussi pour le nettoyage des bijoux ou des surfaces délicates. Les clients ont validé la pertinence du projet par leur fidélité. Et Philippe Fournel a su montrer que le quartier avait besoin de sa droguerie Eureka. Une relation gagnant-gagnant !