20180605 taiwan
20180410 bricoscopie logo 20180410 jardiscopie logo 20180410 negocescopie logo

Marché de l’étanchéité : L’innovation inonde le marché…

Écrit par Laurent Feneau Le 1 octobre 2018. Rubrique Dossiers Bricolage

20180901 etanchite

Augmentation du niveau d’activité sur le bâtiment oblige, la croissance du nombre de mises en chantier tire les segments de la salle de bains et de la cuisine… Et fort logiquement le marché professionnel de l’étanchéité (voir plus loin).

Mais le secteur du sanitaire booste aussi très fortement la partie grand public du marché avec des particuliers qui n’hésitent pas à investir pour rénover ces deux pièces qui constituent toujours en 2018 les deux segments de l’habitat les plus porteurs en France. Selon les derniers chiffres GfK, le chiffre d’affaires du marché de l’étanchéité progresse ainsi de quelque 5,6 % sur les circuits grand public (GSA/GSB) en cumul annuel mobile à fin mai.

Ça mousse sur l’étanchéité !

Un dynamisme qui s’applique à tous les segments – ou presque – et notamment à celui des mousses PU également appelées mousses polyuréthane ou encore mousses expansives. Celles-ci sont ainsi les premières à profiter des conditions météorologiques particulièrement rudes de l’hiver 2017/2018. « Décembre, janvier et février ont été particulièrement maussades avec un pic de froid à la fin de l’hiver. Cela a conduit les particuliers à s’équiper et à se protéger contre l’humidité, notamment en utilisant les mousses polyuréthanes », confirme Pascal Le Prunenec, Directeur des Ventes marché grand public et Directeur Comptes Clés Sika.
Et force est de constater que les mousses PU performent. Ces dernières progressent ainsi de 11,14 % en volume et de 10,37 % en valeur. Un grand bond en avant qui s’explique par les conditions météo de ces derniers mois, mais également par l’efficacité de cette catégorie de produits. Très souple d’utilisation, la mousse PU est en effet l’un des isolants les plus efficaces du marché. Pour rappel, la capacité d’isolation d’un matériau est définie par un paramètre appelé lambda. Plus ce dernier est faible, plus le matériau est isolant. Ainsi le lambda du polyuréthane est-il de 0,021 quand celui de la laine de verre peine à atteindre 0,035 en moyenne et que le polystyrène affiche un lambda deux fois supérieur (0,040). Tout n’est pas rose toutefois sur l’univers des mousses PU… Ainsi, l’année 2017 a-t-elle été marquée par une forte pénurie de MDI*, matière première nécessaire à la fabrication du polyuréthane. Celle-ci n’a pas manqué de pénaliser l’ensemble de la filière dont les acteurs louchent déjà vers des matériaux alternatifs comme la mousse résolique, isolant à base de bakélite offrant des performances thermiques élevées ainsi que – contrairement à la mousse PU – une bonne réaction au feu…

A multi usages multi performances…

Loin devant les mousses PU en termes de parts de marché (près de 50 % des ventes), la catégorie des mastics d’étanchéité performe, elle aussi, en 2018. Le segment augmente ainsi son chiffre d’affaires de 9 % et ses ventes volume de 6,3 %. Difficile de faire mieux donc pour cette famille de produit qui apporte l’essentiel de sa valeur au marché grand public de l’étanchéité. Attention toutefois à distinguer les différents types de mastics afin de rendre compte des performances du segment de manière précise. Certains produits tirent en effet particulièrement leur épingle du jeu ces derniers mois. « Si les mastics d’étanchéité sont très dynamiques à fin mai, ils le doivent avant tout à la croissance du sous-segment des mastics multi-usages très appréciés pour leur souplesse d’utilisation et leur praticité », confirme ainsi Antonin Albaret, Consultant Marketing Bricolage GfK. Parmi les industriels misant tout particulièrement sur ce type de produits, Sika est certainement le plus actif. Le groupe a ainsi lancé Sikaflex 11FC Evolution début 2018. Une nouvelle référence qui permet à la fois de jointer, de coller et d’isoler, mais offre également un tack – ou force adhésive – plus puissant grâce à une innovante formulation brevetée par les services R&D de Sika.
Si, dynamique du segment oblige, les mastics apportent de la valeur à l’ensemble du marché de l’étanchéité, il faudra toutefois surveiller le prix moyen de cette catégorie de produit ces prochains mois. Celle-ci affiche en effet une tendance inflationniste particulièrement marquée sur la période étudiée. « On observe une augmentation de 3 % du prix des mastics d’étanchéité, probablement due en partie à l’impact de la montée des prix des matières premières », poursuit Antonin Albaret (GfK). Même observation chez Bostik où Lionel Pellegrino, Directeur Marketing Consumer & Construction pointe du doigt « une augmentation du prix du silicone qui – comme sur le marché professionnel – tend à favoriser un report des achats sur les mastics MS Polymères ».

L’époque est à l’époxy

Si les résultats du segment des Joints de carrelage semblent eux aussi indiquer des prix à la hausse, cette inflation – avec un delta volume/valeur de 0,6 point – apparait beaucoup plus modérée et donc plus saine. Bref, pas de quoi crier au loup… D’autant que tous les indicateurs sont au vert pour cette famille de produits. Avec des volumes de vente progressant de 3,8 % et un chiffre d’affaires à la hausse de 4,4 %, les joints de carrelage accèdent à la troisième place du podium parmi les segments les plus performants du marché grand public de l’étanchéité. Une performance qui s’explique avant tout par la forte appréciation des consommateurs pour les joints de carrelage époxy, catégorie de produits particulièrement efficace, associant à la fois les propriétés d'une résine et celles d'un durcisseur. Pour rappel, les époxys sont par définition des polymères… En cela, elles interagissent avec les composants du matériau sur lequel elles adhèrent et garantissent un résultat optimal en termes de performances d’étanchéité.
Bref, on comprend parfaitement la forte appréciation du public pour ces produits liant à la fois performance et facilité d’utilisation pour la plupart des travaux sur le secteur sanitaire, notamment en salle de bains. « Le segment des joints de carrelage est tiré par la rénovation salle de bains. Les particuliers continuent à s’équiper de douches à l’italienne qui nécessitent des joints particuliers et notamment des joints époxy », poursuit ainsi Lionel Pellegrino (Bostik). Rien d’étonnant donc à ce que les époxys constituent ces derniers mois l’un des segments les plus travaillés et animés, par les industriels, mais également par les distributeurs. « Les enseignes continuent à créer de nouveaux espaces spécifiques aux époxys, aux rayons étanchéité et colles, mais également dans d’autres linéaires selon une logique de cross marketing, nous les accompagnons volontiers dans ce sens », témoigne ainsi de son côté Anthony Thebaud, Chef de rayons peintures et colles du point de vente Mr Bricolage de Basse Goulaine (44).

Mauvais temps pour les revêtements ?

Petite performance par contre pour le segment particulièrement météo dépendant des revêtements anti humidité. Après une fin d’hiver rigoureuse, le début du printemps 2018 a effectivement été marqué par de fortes intempéries qui ont conduit les bricoleurs à reporter purement et simplement leurs travaux d’extérieur et plus particulièrement ceux dédiés à l’étanchéification des toitures, murs et autres terrasses. Résultat, le chiffre d’affaires des revêtements anti humidité stagne (+0,85 %) tandis que les volumes de vente du segment reculent (-0,6 %). Certains industriels s’en sortent toutefois mieux que d’autres… C’est notamment le cas de Sika dont les ventes continuent à progresser grâce au lancement de Sikagard Protection Tout en un, une imprégnation non seulement invisible, mais permettant également de protéger efficacement sols, façades et toitures (voir encadré).
Autre segment moyennement en forme : les absorbeurs d’humidité qui reculent eux aussi (-3 % en volume et -1 % en valeur) sur la période étudiée… Renseignements pris auprès des professionnels, il faut une fois encore chercher les explications du côté de la météo et notamment d’une année 2017 particulièrement sèche. Résultat, peu de pluies, peu d’humidité et peu de ventes d’absorbeurs. Le segment retrouve toutefois tout son dynamisme sur le premier semestre 2018, notamment sur le printemps dernier où une forte pluviométrie permet de relancer les ventes. Un retournement de tendance qui profite avant tout au leader du segment, à savoir Rubson qui augmente son chiffre d’affaires de 20 % sur cette famille de produit au premier trimestre… Un résultat mérité eu égard aux efforts de l’industriel pour améliorer la lisibilité de l’offre sur ce secteur. « Il est important de veiller à ce que l’accompagnement du consommateur soit suffisant sur ce segment relativement technique, cela passe notamment par l’ILV qui doit expliquer ce qu’est un absorbeur, comment il traite l’humidité, etc. », confie Augustin Hollier-Larousse, Chef d'Equipe Marketing Rubson & Tangit. L’industriel allemand en profite également pour élargir sa gamme Aéro 360° avec un nouveau modèle spécialement dédié à la salle de bains.

Et soleil sur l’étanchéité professionnelle !

Comme évoqué plus haut, le marché professionnel de l’étanchéité est lui aussi tiré par l’univers du sanitaire. L’effet de levier est toutefois plus puissant que sur le grand public, les ventes valeur auprès des artisans et spécialistes de l’étanchéité augmentant de quelque 7 % sur les six premiers mois de l’année, selon les chiffres du Syndicat National des Mortiers Industriels (SNMI). « Outre l’effet de levier exercé par le secteur du sanitaire, on note également une incontestable volonté de la part des professionnels et installateurs de réaliser des travaux d’étanchéité de qualité. Résultat, ces derniers n’hésitent pas à mettre le prix pour l’achat de leurs produits et équipements, ce qui tire logiquement la valeur du marché », précise Jean-Philippe Salzedas, Directeur Commercial et Marketing de Griffon (groupe Bolton).
Le segment de l’étanchéité sous carrelage (+7 %) tire particulièrement bien son épingle du jeu sur la période étudiée avec des ventes s’inscrivant parfaitement dans la moyenne du marché global. Une performance pour un univers qui, entre autres soutenue par la rénovation salle de bains, parvenait déjà à maintenir le niveau de ses ventes en 2017… Connexe à l’étanchéité sous carrelage, le segment du ragréage – préparation des sols – se distingue lui aussi par ses performances sur le premier semestre. Tiré par le marché des sols souples, ce dernier reste en effet une famille lourde de l’univers de l’étanchéité. Fort du dynamisme des industriels en termes d’innovation, le ragréage augmente ainsi son chiffre d’affaires d’un peu plus de 3 %. Et fin 2018 ne devrait pas inverser la tendance… « Utilisée sur le secteur de la rénovation, mais également sur le neuf, les produits pour le ragréage sont de plus en plus techniques et devraient continuer à dynamiser le marché ces prochains mois, d’autant que Bostik lance le Polyrag FRP, une formule pour les spécialistes des sols avec un excellent tendu de surface grâce à son autolissant fermé et dur », confirme Lionel Pellegrino, Directeur Marketing Consumer & Construction Bostik S.A.

Jointer à reculons ?

On ne peut toutefois pas en dire autant en ce qui concerne le segment Joints de carrelage dont les volumes de ventes reculent de 3 % à fin juin. L’évolution du marché vers les grands formats de carrelage n’est en effet pas favorable au secteur et profite plutôt aux nouvelles générations de produit type C2S**. Il faut toutefois se garder de noircir le tableau car cette famille de produits qui représente désormais 10 % de parts de marché continue à peser sur le marché global de l’étanchéité professionnelle. « Le segment recule en volume, mais maintient son chiffre d’affaires, notamment sur la famille des joints inférieurs à 5 mm ainsi que sur celle des joints époxy. Les autres segments régressent et donnent au global une tendance négative en tonnage, mais positif en valeur », nuance ainsi Pascal Le Prunenec, Directeur des Ventes marché grand public Sika.
Pas si mal donc D’autant que des produits, à forte valeur ajoutée, continuent à apporter de la valeur ajoutée au marché. « Les joints époxy creusent vraiment l’écart. D’autant qu’outre leurs performances techniques, une partie d’entre eux permettent de répondre à une certaine tendance déco sur laquelle il y a de fortes attentes. Parexlanko se développe ainsi sur ce segment grâce notamment à des produits réellement innovants comme le joint époxy Perfect Color qui non seulement assure un collage performant, mais est également proposé en 21 teintes différentes », explique pour sa part Florence Atger, Responsable Marketing Colles & Sols ParexGroup.

L’étanchéité comme dans un fauteuil…

Même tendance sur le segment de l’étanchéité dédié à la plomberie qui reste lui aussi plutôt bien positionné en 2018. La réglementation qui impose le traitement des planchers intermédiaires et celui des siphons au sol – douches à l’italienne par exemple – avec les solutions d’étanchéité ad hoc continue à tirer le segment. Collant par ailleurs à l’évolution des matériaux utilisés sur le marché de la plomberie, les gammes évoluent fortement dans leurs formulations. Résultat, colles et mastics permettent d’assembler tous types de canalisations, y compris celles en polymères. Chez Geb, par exemple, le Gebsoplast HT Plus bénéficie de hautes performances à la fois techniques et sanitaires, et s’adapte à toutes les tuyauteries, qu’elles soient en PVC-C, en PVC-U (rigide ou souple) ou encore en ABS***.
Au-delà, le segment de la plomberie est également tiré par les récentes avancées des industriels en faveur de produits proposant davantage de confort d’utilisation. « Pour le développement de nos gammes de produits sur l’étanchéité, nous accordons une attention toute particulière à l’amélioration du confort d’utilisation et la facilité de pose proposées à l’utilisateur. Dans ce sens, le mastic FT501 reste la formule la plus performante du marché, c’est pourquoi nous la relançons cette année avec un nouveau packaging indiquant plus clairement tous les avantages du produit », confirme ainsi Augustin Hollier-Larousse, Chef de groupe Marketing Rubson/Tangit. En attendant le nouveau contenant, rappelons que le mastic FT101 proposé par l’industriel allemand s’applique très facilement, même par temps extrême (de 5 à 35°C) et permet surtout de se passer des mastics silicones, segment sur lesquels l’augmentation du prix des matières premières tend à générer une forte inflation… Enfin et surtout, il offre un maximum de polyvalence, qu’il s’agisse de réaliser un joint d’étanchéité, un joint de dilatation, de combler une fissure ou tout simplement de coller ciment, acier, etc.

De nouveaux produits hybrides et plus durables

Tout aussi polyvalents et performants, les mastics et mousses hybrides creusent l’écart avec les références polyuréthane. Souples et flexibles, ils permettent de traiter toutes surfaces en bois, quelles que soient l’épaisseur ou l’essence, y compris les bois exotiques (teck, bambou, acajou, etc.). Enfin, grâce à leur capacité à s’adapter à une grande amplitude thermique, ils sont compatibles avec les sols chauffants et sont résistants à l’humidité. Avec la marque NEC+illbruck, Tremco Illbruck propose une gamme complète de colles et mousses expansives hybrides pour toutes les utilisations – étanchéité, isolation, fixation – et à destination de tous les univers de la construction : menuiserie bien sûr, mais également bâtiment, sanitaire, façades, couvertures, etc. Performante au niveau fixation, cette nouvelle génération de produits se distingue par ailleurs par sa durabilité. L’industriel a en effet choisi d’aller au-delà des exigences réglementaires en termes de formulation, d’où des colles et mousses sans isocyanate ni solvant.
On l’aura compris, le secteur professionnel de l’étanchéité demeure en 2018 fortement tiré par le développement durable, en faveur notamment de formulations plus écologiques. « Nous travaillons à ce que nos mastics offrent des formulations sans solvant ni isocyanates. C’est entre autres les cas de notre mastic d’étanchéité Rubson Fusion classé A+ et donc garantie contre les émissions de substances volatiles dans l’air intérieur », poursuit ainsi Augustin Hollier-Larousse (Rubson/Tangit). Même démarche en faveur de l’environnement chez Sika. « L’environnement reste au centre de nos préoccupations. Toutes nos formulations garantissent ainsi une efficacité totale avec un faible impact environnemental. Au-delà, nos services R&D continuent à développer de nouvelles références marquées A+ correspondant aux produits à très faibles émissions de COV et utilisés à ce titre sur nombre de chantiers, notamment ceux concernant les constructions HQE**** », précise pour sa part Pascal Le Prunenec (Sika).

Vers une offre plus lisible ?

Cette nouvelle génération de produits plus durable qui trouve fort logiquement sa place en linéaires. « On observe ainsi une volonté générale d'aller vers des produits plus propres pour l'environnement et plus sains pour les applicateurs et les usagers, y compris du côté de la distribution où les référencements se font volontiers sur ces nouveaux produits plus écologiques », observe ainsi Philippe de Beco, Président du directoire du groupe Socoda.
Au final, l’ensemble de la profession – secteur grand public et professionnel – s’accorde pour reconnaître que le marché de l’étanchéité se porte plutôt bien comparativement à d’autres segments du bricolage et du négoce. Force est toutefois de constater qu’il pourrait aller encore mieux… A condition de travailler en amont, à la plus grande lisibilité d’une offre qui a considérablement évolué ces dernières années. Le développement de la polyvalence des produits sur le marché rend en effet nécessaire le repositionnement – et même la requalification – de certaines catégories comme celles des mastics silicones par aux références polymères ou encore celle des joints époxy par rapport aux joints et mousses polyuréthane… Attention également à ce que cette polyvalence des produits ne finisse par desservir le marché… « Celle-ci doit permettre aux professionnels de mieux travailler et au marché de continuer à gagner en expertise », conclut Florence Atger (ParexGroup). Une expertise à laquelle Griffon participe via son partenariat avec une douzaine de CFA pour desquels l’entreprise met en place des formations sur les secteurs de l’étanchéité liquide et de la plomberie. « Former de jeunes apprentis, c’est aussi un moyen d’assurer l’avenir du marché », conclut ainsi Jean-Philippe Salzedas (Griffon).•

* MDI : Methylene Diphenyl Diisocyanate
** Notation européenne, normalisée par l’Afnor et désignant des colles-ciment à performance améliorée dont la “déformabilité” leur assure à la fois résistance et souplesse.
*** L’acrylonitrile butadiène styrène, également connu sous le nom d’ABS, est un polymère thermoplastique produit par une polymérisation utilisant du styrène, de l’acrylonitrile et du polybutadiène. Ce polymère est utilisé dans plusieurs secteurs pour sa large gamme d’applications, notamment en plomberie où il offre un bon ratio force-densité.
**** Haute Qualité Environnementale