20190222 Hong Kong HKTDC
JDC Jardin 2019 Banniere
20181030 interzun guangzhou
20180410 bricoscopie logo 20180410 jardiscopie logo 20180410 negocescopie logo

Construction : Une année 2018 décevante

Écrit par Juliette Vignaud Le 20 février 2019. Rubrique Repères

20190220 perspectives constructionLe bilan de l’année écoulée et les perspectives pour l’année en cours, concernant le marché de la Construction, ont été dressés, le 16 janvier dernier, par Hervé de Maistre, Président de l’Association française des industries des produits de construction. Un bilan établi suite à une enquête d’opinion, menée auprès de leurs adhérents.

L’année 2018, pour la Construction, s’est achevée sur une note frustrante. En effet, le bilan du marché est relativement décevant, mais l’année 2019 devrait être meilleure. Ce sont, en tout cas, les conclusions à tirer, suite à la cérémonie des vœux de l’Association française des industries des produits de construction (AIMCC), du 16 janvier dernier. Pour la troisième année consécutive, l’association a présenté ses vœux et a donné les résultats de son enquête d’opinion : Tendances Conjoncture AIMCC.

Quel verdict pour 2018 ?

L’AIMCC a donc mené une étude d’opinion auprès de ses adhérents. Sur les 80 organisations sondées, 58 ont répondu et ont permis de dresser le bilan plutôt décevant. En effet, deux tiers des industriels (65 %) affichent des résultats stables, ou en très faible progression (jusqu’à 3 %), tandis que plus d’un quart d’entre eux sont en recul, et seulement 10 % des interrogés ont enregistré une augmentation supérieure à 3 %.
De manière générale, le Bâtiment n’aurait enregistré qu’une hausse de 2,3 % en volume d’activité*, alors que les acteurs s’attendaient à au moins 4 %, voire 6 % pour certains. C’était sans compter sur tous les aléas subis par le secteur. En effet, dès les premiers mois, le niveau d’activité attendu n’a pas été au rendez-vous ; entre les intempéries, les reports de chantiers, les difficultés de recrutement ou, encore, les conflits sociaux. De nombreux facteurs ont impacté, tout au long de l’année, ces prévisions.
Côté Travaux Publics, les résultats sont beaucoup plus positifs, la croissance est à deux chiffres : + 10,5 % en valeur, et + 7 % en volume**. L’activité a ainsi été solide grâce aux projets des grandes métropoles, comme le “Grand Paris Express”.  
Enfin, des différences notables sont à mentionner entre les principaux segments d’activité des adhérents de l’AIMCC. Par exemple, près de 40 % des industriels du gros œuvre ont vu un léger recul de leur activité, tandis que la moitié des industriels du second œuvre (53 %) ont connu une légère progression. Pour l’équipement, 80 % des industriels sont en légère progression.

Quel sort pour 2019 ?

Pour l’année qui vient de démarrer, les prévisions sont modérées. En effet, selon la FFB*, le Bâtiment serait en recul de 0,5 % en volume. Le secteur des Travaux Publics, lui, n’enregistrerait qu’une hausse de 5,5 % en valeur, contre 3 % en volume, selon la FNTP**. Les industriels sont plus prudents sur leurs prévisions, suite à la déception de 2018.
Ainsi, plus de la moitié des répondants à l’enquête ne prévoient qu’une légère progression, entre 1 et 3 %, et un bon tiers envisage de rester sable. En effet, de nombreux indicateurs convergent vers une stagnation du marché, qui est d’ores et déjà impacté, négativement et positivement, par les Gilets Jaunes, les grands projets urbains, les lois, les contrats avec l’Etat, etc.
L’année 2019 apparaît ainsi comme une année charnière où beaucoup s’attendent à une stabilité, voire un recul, mais où d’autres s’interrogent sur un retournement de cycle. Mais l’heure n’est qu’aux prévisions, il faudra attendre l’année prochaine pour tirer des conclusions. n

* source : Fédération Française du Bâtiment
** source : Fédération Nationale des Travaux Publics

20181210 aod1