20180808 Welc home
20180605 taiwan
20180521 CIHS Shanghai
20180410 bricoscopie logo 20180410 jardiscopie logo 20180410 negocescopie logo

Le design français pleure Anne-Marie Boutin

Écrit par Jeffrey Bevilacqua Le 9 février 2018. Rubrique Carnet

20180209 Anne Marie Boutin 2Le nom d’Anne-Marie Boutin et le design français allaient pratiquement ensemble. Désormais, ce dernier va devoir faire la route seul, orphelin de sa figure emblématique.

Anne-Marie Boutin est décédée, le 20 novembre dernier, à l’âge de 79 ans. La “papesse “ du design français, son surnom, laisse une trace indélébile derrière elle. « Elle a donné sa vie pour le design », a rappelé le designer Jean-Louis Fréchin, à usinenouvelle.com. Pourtant, à première vue, sa vie n’allait pas prendre le cours d’un tel dévouement. Avant le design, c’est les sciences qui l’ont attiré. Agrégée de mathématiques, elle débute sa carrière comme Assistante puis Maître-assistante à la faculté des Sciences et à l’Université de Paris. En 1971, elle rejoint la très prestigieuse ENA (École Nationale d’Administration), où elle exercera plusieurs fonctions et notamment celle de Directrice des études par intérim.

La figure du design en France

En 1983, c’est le déclic. Après un passage à la présidence de l’ITAP (Institut des Techniques d’Administration Publique), Anne-Marie Boutin devient Présidente de l’APCI (Agence pour la Promotion de la Création Industrielle), en 1983. C’est à ce poste que celle qui est née en 1938, à Tlemcen (Algérie), commencera son combat pour le design français. Selon elle, le design a un rôle clé dans l’innovation. Elle s’engage alors auprès des politiques et des industrielles, afin de faire entendre la voix des designers.
« Astucieux et élégants sont les deux termes qui expriment le mieux le design français », a-t-elle affirmé. En co-fondant l’APCI, elle a cherché à rapprocher la culture, la recherche et l’industrie. 16 ans après la fondation de cette agence, Anne-Marie Boutin crée l’Observeur du design, qui remet ses “Étoiles” aux créations design les plus inspirantes de l’année. « L’Observeur est sa grande œuvre », rappelle Jean-Louis Fréchin, toujours pour usinenouvelle.com. « Ce prix est très important pour tous les designers. C’est la seule chose digne qui parle de tous les designs, au-delà du simple design culturel ». Lors de la cérémonie des Étoiles du 5 décembre 2017, un vibrant hommage lui a été rendu, plusieurs de ses amis ou collègues se succédant sur la scène.
Christophe Chaptal de Chanteloup, son successeur à la direction de l’APCI, a pour objectif la création d’un Centre national du design. Cette volonté de rapprocher les designers, c’était celle d’Anne-Marie Boutin. C’est d’ailleurs pour cela qu’elle fut Présidente de l’ENSCI (École Nationale Supérieure de la Création Industrielle), de 1985 à 1992. Aujourd’hui, cette école publique compte environ 350 élèves. Plus récemment, cette amatrice de yoga, de ski, de plongée et de navigation à voile, était membre du conseil d’administration des DDays’, une association qui organise notamment un festival sur le design.

Une présence mondiale

Connue et reconnue à l’étranger, la “maman” du design français s’est également impliquée à l’échelle européenne et mondiale, pour que le design soit reconnu à sa juste valeur. De 1987 à 1992, elle a été vice-présidente de l’ICSID (Conseil International des sociétés du design industriel). Cette organisation non-gouvernementale a pour rôle de promouvoir la profession du design industriel, dans le monde. Depuis 2000, l’organisation, désormais connue sous le nom de World Design Organization, lui avait refait confiance et l’avait nommée “Conseillère pour l’Europe”.
Membre de la commission française à l’Unesco (en 1990), Anne-Marie Boutin a également été membre du conseil exécutif, puis vice-présidente et enfin Présidente (depuis 1998) de l’Union des Associations Internationales. Cette organisation, créée au début du 20e siècle, est sous le mandat des Nations Unies et est une des pionnières dans la recherche et dans l’organisation des associations mondiales. Elle a également été membre du conseil scientifique de l’Université des arts appliqués d’Helsinki (Finlande).

Plusieurs cordes à son arc

Même si elle fait du design une bonne partie de sa vie et que celui-ci le lui a bien rendu, Anne-Marie Boutin s’est impliquée dans la vie économique. Magistrate honoraire à la Cour des comptes, elle y a d’abord été une conseillère référendaire en 1979, avant d’être Conseillère maître puis Conseillère maitre honoraire, à partir de 2006. Depuis 1997, elle présidait également la Commission consultative sur le taux des prêts d’argent, et a été membre, pendant cinq ans, de la Commission des sondages. Une carrière aussi remplie que diversifiée, pour laquelle Anne-Marie Boutin a été honorée par trois décorations : Chevalier de la Légion d’honneur, Officier de l’ordre national du Mérite et Officier des Arts et des Lettres. Enfin, rappelons qu’elle était un partenaire régulier et fidèle de Bricomag, en participant à nos tables rondes où elle apportait une vision pragmatique du design, qui était toujours très appréciée par les industriels et les distributeurs présents.
Bricomag est attristé par la mort de cette grande dame et présente ses condoléances à sa famille et à ses amis.