20190107 welcome
20181030 interzun guangzhou
20180410 bricoscopie logo 20180410 jardiscopie logo 20180410 negocescopie logo

Transition énergétique : l’Etat n’en ferait pas assez

Le 11 janvier 2019. Rubrique Environnement

Et pourrait être condamné. Quatre associations ont lancé un recours en justice contre l’Etat, sur son inaction climatique. Plus d’un million de personnes ont signé un appel de soutien à ce recours, qui accuse l’Etat français de “carence fautive”.

C’est l’Affaire du Siècle. Quatre ONG environnementales (Fondation pour la Nature et l’Homme, Greenpeace France, Notre Affaire à Tous et Oxfam France) ont adressé une requête préalable, en justice, à l’encontre du gouvernement. L’Etat français est accusé de “carence fautive” par son “action défaillante” pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. Les associations réclament la réparation des préjudices moraux et écologiques subis, et la mise en œuvre de mesures permettant d’atteindre les objectifs fixés. Un appel de soutien a été lancé sur le site internet de l’Affaire du Siècle. Plus d’un million et demi de personnes ont déjà signé, en moins d’une semaine, la pétition en ligne. C’est une mobilisation inédite, en France. La vidéo de présentation de campagne a également connu un franc succès, avec plus de 12 millions de vues sur Facebook. Elle met en scène des personnalités françaises comme Marion Cotillard, Juliette Binoche, ou encore Guillaume Meurice.

Des mesures jugées insuffisantes

“Nous déposons une plainte contre le gouvernement français parce que nous pensons que le gouvernement français n'en fait pas assez pour lutter contre le changement climatique", a déclaré Jean-François Julliard, Directeur de Greenpeace France. Les auteurs de ce recours jugent ainsi, insuffisantes, les mesures prises par l’Etat. Parmi elles, on peut compter la mise en place d’un “indice de réparabilité”, en 2020. L’idée est de doter tous les appareils électroniques et électroménagers d’un indice, utile et pragmatique, afin de lutter contre l’obsolescence programmée. Dans cette guerre au gaspillage - 88 % des Français changent leur téléphone portable alors qu'il pourrait encore fonctionner, selon une étude de l'Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie - l’Etat peut compter sur l’implication du groupe Fnac Darty, qui a lancé, par le Labo Fnac, son propre indice de réparabilité.   

La transition énergétique dans le monde du négoce

Du côté des négoces matériaux, un syndicat spécialisé sur la question de la rénovation énergétique, Symbiote, s'est récemment ajouté à la longue liste des promoteurs des subventions gouvernementales. Son objectif est, en effet, de promouvoir les aides, apportées par l’Etat, comme le Crédit d'impôt pour la transition énergétique (Cite), les Certificats d’Economies d’Energie, ou des taux de TVA réduits. Le gouvernement apporte ainsi des aides financières aux entreprises, et met en place des règles strictes, par la loi de transition énergétique, comme la reprise des déchets par les distributeurs de matériaux de construction. La Fédération du Négoce du Bois et des Matériaux de Construction était opposée à cette mesure, mais l’été dernier, le Conseil d’Etat a définitivement validé ce décret.

Alors si des mesures sont en train de se mettre en place, par la voie de la loi pour la transition énergétique, 1,5 million de Français considèrent que l’Etat n’en fait pas assez. Pour arriver à une société plus écologique, où l’économie circulaire primerait, la route apparaît, encore, comme bien trop longue.•

20181210 aod1