20170726 b2b habitat

Taiwan Lighting International Show : L’intelligence comme porte-étendard

Écrit par Philippe Méchin Le 30 juin 2017. Rubrique Asie

20170630 Taiwan Lighting

Dans un environnement régional où les salons dédiés au monde de l’éclairage prolifèrent, il est légitime de s’interroger sur le bien-fondé de l’existence d’une plateforme professionnelle sur le territoire de Taiwan. Comment celle-ci peut-elle trouver sa justification face à des concurrents d’une tout autre dimension, et quels arguments peut-elle faire valoir face notamment au mastodonte chinois, type GILE Guangzhou. Pourtant le TILS, acronyme de Taiwan International Lighting Show, existe bel et bien, fort d’un savoir-faire technologique national de très haut niveau.

En effet, s’il est un domaine où les entreprises taiwanaises excellent, c’est bien celui de la technologie sous toutes ses formes. Celles-ci sont à la pointe dans bien des secteurs. C’est ainsi que le savoir-faire des ingénieurs et techniciens locaux est unanimement reconnu dans le secteur des microprocesseurs et semi-conducteurs, ces composants qui envahissent tous les objets de notre quotidien suite à l’explosion de la connectivité, sans oublier bien sûr l’univers des smartphones, ou l’expertise nationale règne sur le monde. Non pas pourtant à cause des marques locales. HTC, qui longtemps tutoya les sommets mondiaux semble en perte de vitesse face aux mastodontes de la concurrence mondiale, que sont Samsung et Apple, mais aussi face à l’agressivité des marques chinoises qui ne cessent de gagner des parts de marché. Toutefois, la plupart de ces grands noms sont plus ou moins liés par un dénominateur commun, de la plus haute importance. Il s’agit en l’occurrence de la fabrication de tous ces terminaux, lesquels sont en majorité produits par une entreprise, nommée Foxconn, laquelle est taiwanaise. Ce géant de l’industrie dont les usines se situent essentiellement en Chine, constitue la pierre angulaire du marché mondial des téléphones portables commercialisés sur la planète. C’est dire le poids de cet énorme groupe, fort dit-on d’un million de salariés ! Quoi qu’il en soit sa présence quasi monopolistique, constitue la meilleure preuve de la puissance taiwanaise dans un secteur qui n’a pas fini de révolutionner les rapports humains, et le mode de fonctionnement de bien des secteurs des services. En tout cas la réussite de Foxconn constitue clairement l’exemple emblématique de la reconnaissance des performances taiwanaises dans ce secteur si évolutif. Cette expertise dans l’univers des composants est tellement bien reconnue mondialement, qu’un salon dédié au sujet se tient chaque année au cœur de Taipei, la capitale du pays. Ce rendez-vous, véritable vitrine des hautes technologies dédiées aux composants du secteur de l’informatique, puis par extension des objets connectés de toutes sortes, se situe très haut dans la hiérarchie des salons de haute notoriété, puisqu’il accueille pas moins de 165 000 visiteurs en moyenne chaque année. Ainsi, Computex, tel est son nom, est devenu au fil des ans, un de ces salons incontournables dans leur secteur d’activité. Ce paradis de l’univers du PC accorde évidemment une place de choix à deux marques nationales emblématiques, bien connues des consommateurs de la planète, en l’occurrence, Asus et Acer, lesquelles continuent de rivaliser d’audace créative, via une politique permanente d’innovation qui leur permet de continuer à occuper une position de choix parmi les leaders mondiaux du secteur. Ces deux marques emblématiques du savoir-faire taiwanais constituent la parfaite illustration des efforts permanents des entreprises du cru, en termes de recherche et développement. Toujours, dans le domaine des hautes technologies, il faut également saluer les performances de très haut niveau, réalisées dans des secteurs ultrasensibles que sont les biotechnologies et les nanotechnologies. Celles-ci sont porteuses d’espoirs immenses de progrès dans des domaines aussi divers et variés que la santé, mais également l’agriculture, l’environnement, et tant de champs d’application à laquelle la technologie LED, dont Taiwan est une des places qui compte, n’échappera pas non plus dans un avenir très proche. Il va également sans dire que les chercheurs, ingénieurs, et techniciens sont particulièrement en pointe sur les champs d’application de deux autres secteurs sensibles, tant ils sont amenés à révolutionne nos vies, comme jamais probablement dans l’histoire de l’humanité. Il s’agit de l’intelligence artificielle, et à un degré moindre de l’internet des objets. En ce qui concerne cette fameuse intelligence dite artificielle, laquelle constitue en réalité un enjeu de dimension planétaire, nos amis taiwanais ne laisseront pas sa part aux chiens. Tous ses chercheurs sont d’ores et déjà en ordre de marche pour les enjeux des années à venir.

A fond la techno

C’est donc dans cet environnement très “techno” que la République de Chine, puisque c’est son nom officiel, compte bien peser dans la bataille économique planétaire. A cet effet, il ne faut pas non plus oublier le photovoltaïque, secteur aujourd’hui hautement sensible, malgré les menaces qui pèsent sur l’avenir de la COP 21. Cependant il ne faut pas pour autant négliger l’industrie traditionnelle. Ainsi les secteurs de l’outillage pour le bâtiment sont particulièrement dynamiques, grâce à une multitude de PME. Celles-ci ont profité du boom de la construction immobilière pour se faire une place au soleil. La pétrochimie, la machinerie, les transports maritimes, à l’exemple du groupe Evergreen, ou encore les bicyclettes, ou encore avec les marques Giant et Merida qui occupent une place enviable sur un marché mondial qui explose. Tous ces éléments confèrent à Taiwan une situation enviable dans le concert des nations avec une place aux alentours du 20e rang en termes de PIB. C’est pour cela que le pays est considéré comme un des quatre dragons de l’Asie, avec la Corée, Singapour, et Hong Kong. Néanmoins, le contexte politique reste complexe avec un encombrant et ultra puissant voisin qui conteste la légitimité même d’un territoire qu’ils considèrent comme leur appartenant. En effet la Chine ne reconnaît pas l’existence de la République de Chine. Pourtant, force est de reconnaître que Taiwan est un état souverain, que ses dirigeants sont élus au suffrage universel, qu’ils possèdent une constitution fondée sur des principes démocratiques fondamentaux, qu’il possède sa propre monnaie, en l’occurrence le dollar Taiwan. Bref, rien n’est simple pour ce petit pays, ou plutôt cette île, peuplée de quelque 30 millions d’âmes. Et pourtant malgré cette situation quelque peu complexe, Taiwan taille sa route, fort de l’énergie entrepreneuriale de ses habitants. Toutefois il est clair que malgré un tissu industriel varié et solide, c’est avant tout dans l’univers des hautes technologies que les entreprises portent l’essentiel de leurs efforts. Aussi ne faut-il pas s’étonner qu’un salon comme le TILS soit très largement impacté par cette situation spécifique. Toujours est-il que les visiteurs en ont eu largement pour leur argent. Le high tech était omniprésent lors de ces journées.

Un choix délibéré

C’est donc un choix délibéré auquel ont procédé les organisateurs, bien conscients qu’ils n’avaient guère d’autre choix. Impossible pour eux de lutter contre des colosses tels que les rendez-vous hongkongais ou chinois (GILE Guangzhou) qui accueillent respectivement en moyenne plus de 2 000 exposants. Forts de leur position géographique pour les premiers, et de la puissance de leur marché intérieur pour les seconds, ces plateformes jouent clairement la quantité, forts de sites d’expositions permettant ce positionnement. Résultat, il y en a pour tous les goûts, avec cependant une offre très axée sur l’atout prix. Ce phénomène étant bien sûr amplifié par la présence d’une offre considérable dédiée au sourcing. A propos de ce dernier élément, nous dirons pour schématiser que la plateforme de Hong Kong est réservée majoritairement à l’export, tandis que celle de Guangzhou (Canton) s’adresse prioritairement au marché intérieur. Il n’est donc pas question pour les organisateurs taiwanais de jouer dans cette cour. Tout d’abord pour des raisons logistiques. En effet, Taipei ne dispose pas de parc des expositions permettant d’accueillir sur un seul site, des milliers d’exposants. Que dire cependant de Computex, penserez-vous, avec justesse. En effet, celui, accueille ses nombreux exposants sur deux sites principaux et dans quelques hôtels, à l’instar de ce qui se fait à Las Vegas pour le CES. Ce principe de fonctionnement est communément acquis dans ce secteur, pas dans celui de l’éclairage. Mais revenons donc à ce salon TILS pas comme les autres. Qu’ont donc découvert les visiteurs ? De la LED encore et toujours, puisque le salon portait une double dénomination. En effet, au-delà de TILS, l’acronyme principal, figurait le nom de LED Taiwan. Très largement soutenu par le bureau des échanges internationaux au sein du ministère des Affaires économiques, et piloté par Taitra, le salon s’était doté du slogan “Smart design, radiant life”, difficilement traductible littéralement, mais qui en gros voulait dire, le design intelligent illumine votre vie. Toutefois au-delà de ces phrases un peu creuses, il fallait voir la volonté des fabricants et industriels de proposer des produits dits intelligents, donc bourrés de technologie, notamment connectée. Ils ne sont d’ailleurs pas privés de se livrer à des démonstrations des performances étonnantes de leurs nouveautés et innovations. Mais le vrai plus de l’offre globale de cette édition 2017, résidait avant tout dans la présence d’une nouvelle section dédiée au design. Il s’agissait essentiellement de rendre enfin tous ces appareils et produits high tech, non seulement performants mais aussi désirables sur le plan esthétique grâce à des efforts importants dans le domaine de l’esthétique, que ce soit dans le secteur de l’éclairage intérieur, extérieur, ou encore à vocation professionnelle. Il faut aussi savoir que l’offre se voulait néanmoins exhaustive. Ainsi, celle-ci balayait les secteurs, de l’éclairage résidentiel, commercial, mais aussi celui réservé aux cuisines, mobilier meublant, au bien-être, au bâtiment et ses dérivés d’applications, les accessoires, sans oublier les outils, appareils de mesure, et produits divers destinés aux tests de qualité. Ce sont pourtant seulement 150 entreprises qui ont exposé leurs nouveautés et innovations lors de ces journées, via quelque 502 stands. Rien à voir donc avec les grosses machines que l’on connaît. Mais de toute façon, tel n’était pas le propos de soumettre le visiteur à une avalanche de produits en tous genres. De plus le site comme nous l’avons déjà exprimé n’est pas conçu en ce sens. A contrario, il permet aux exposants de présenter une offre claire dans un environnement ou tout est conçu à cet effet. Pas de bousculade, pas de mini stands, les uns sur les autres, pas de sourcing bas de gamme, mais une omniprésence de la technologie et des exposants qui ont passé l’essentiel de leur temps à non seulement proposer des solutions, mais également à les expliquer et profiter de suffisamment de place pour en faire la démonstration. Toujours est-il que cette approche n’a pas manqué de séduire, une fois de plus, puisque les visiteurs se sont comptés au nombre de 10 000, ce qui est un très joli score, comparé à la taille de l’événement.
Tout ceci est fort bien, mais quel est intérêt pour des professionnels européens de se rendre sur le TILS ? Il est maigre s’il cherche des prix avant tout. Il est tout bénéfice, s’il est à la recherche de produits de qualité, traçables, fabriqués par des industriels qui savent ce que sont des contrôles qualité, des délais de livraison respectés, un suivi client attentionné, sujets si sensibles pour tout acheteur, à fortiori sur un secteur aussi sensible que l’éclairage depuis les bouleversements provoqués par l’arrivée de la LED, puis de la connectivité, et maintenant des produits intelligents, en attendant la suite qui ne saurait tarder à arriver. Le marché de l’éclairage est devenu hautement complexe et il est plus que jamais judicieux de se faire conseiller. Fort de ses atouts, conscient de ses limites, le salon Taiwan International Lighting Show est un rendez-vous où il fait bon vivre et là n’est pas non le plus le moindre de ses atouts, dans ce monde de brutes.