20180605 taiwan
20180521 CIHS Shanghai
20180410 bricoscopie logo 20180410 jardiscopie logo 20180410 negocescopie logo

Lighting Hong Kong 2017 - Session automne : Carton plein

Écrit par Philippe Méchin Le 14 février 2018. Rubrique Asie

20180214 HK LIGHTING

Si l’incroyable cité-état de Hong Kong ne cesse d’étonner le touriste ébloui par tant d’animation, d’énergie, et de dynamisme, il en est de même pour le visiteur d’un salon professionnel dédié au secteur de l’industrie de l’éclairage, qui s’y déroule, depuis des lustres. Celui se voit proposer une offre égale à nulle part ailleurs, sur la planète, grâce à un nombre vertigineux d’exposants. Ce choix du nombre, qui peut faire débat, est une option assumée des organisateurs et les résultats record engendrés ne sont pas près de leur faire changer de stratégie.

C’est donc une fois de plus, des chiffres fous, que les équipes aux commandes du navire HKTDC, peuvent afficher, à l’issue de cette édition 2017. Tenez-vous bien cher lecteur, ce sont en effet près de 3 100 exposants que les organisateurs de cet événement hors normes, ont réussi à caser, dans leurs halls d’exposition, puisque c’est désormais sur deux sites que tous ces exposants venus présenter leurs nouveautés et innovations dans le vaste et complexe domaine de l’éclairage. En effet, non contents de faire le plein absolu au sein du toujours superbe Convention & Exhibition Center, délicieusement situé en centre de ville, près de toutes les commodités, c’est désormais sur une autre plateforme que s’est développé le salon, celle-ci nommée Asia World Expo, située près de l’aéroport international. Pas très pratique, penserez-vous, avec raison, puisqu’une heure de bus environ sépare les deux sites. Une explication s’impose cependant. En effet ce n’est plus un seul salon que propose HKTDC aux professionnels de l’éclairage, mais deux bien distincts, et ne portant pas le même nom. Si l’appellation Hong Kong Lighting Fair, est toujours et plus que jamais d’actualité, l’autre rendez-vous se nomme Hong Kong International Outdoor and Tech Light Expo, avec une offre plus spécifique et plus ciblée, réservée à l’éclairage extérieur sous toutes ses formes, et tous ses aspects, accompagnée d’un espace dédié à l’éclairage technique et les solutions qui s’y rattachent.

Deux pour le prix d’un

A notre avis, il semble pourtant que ces sujets avaient également leur place sur le premier site historique du centre-ville., il paraît donc évident que celui-ci ne pouvait plus accueillir le moindre exposant, lesquels continuaient à se bousculer au portillon. Par conséquent, les organisateurs ont donc décidé de permettre à tous ces candidats de voir enfin leur demande satisfaite, en ouvrant un autre front, et en le réorganisant. C’est ainsi qu’au lieu d’accueillir de façon arbitraire, ou hasardeuse, cette vague supplémentaire de demandeurs, ils ont décidé, dès l’an passé, de regrouper sur ce rendez-vous, une typologie bien précise de famille d’exposants, en l’occurrence, les acteurs de l’outdoor. Il faut en effet bien savoir que la création de cette manifestation n’en était qu’à sa deuxième session, en cette année 2017. Et comme le test de 2016 passé s’est avéré positif, HKTDC y a adjoint une offre nommée Tech Light Expo, qui se définit comme un rendez-vous des technologies de pointe, dans un secteur qui n’en manque pas, tant s’en faut. Toujours est-il que la manœuvre est très habile, permettant ainsi d’augmenter le nombre d’exposants, sans que cela oblige les organisateurs à procéder à des bouleversements d’ordre structurel. Ce choix qui peut faire causer est parfaitement assumé par les équipes managériales de HKTDC, et notamment par son président, Benjamin Chau : « Le marché est entré dans une nouvelle phase où l’innovation ne cesse de se développer en raison des nouvelles demandes liées à l’éclairage intelligent. Notre offre se doit d’occuper tous ces secteurs d’activité, dans un contexte d’échanges toujours plus mondialisés ». En clair, ceci veut dire que les organisateurs ne sont pas près de changer de stratégie, à fortiori dans un domaine aussi innovant que celui de l’éclairage. Ceux-ci considèrent en plus que laisser sur le carreau, en liste d’attente, un nombre croissant d’entreprises d’un secteur donné n’est pas une bonne idée. Non seulement cela crée des frustrations et un sentiment d’injustice pour les recalés, mais en plus, HKTDC, considère qu’un salon professionnel se doit d’être le plus complet, le plus exhaustif, en termes d’offre, surtout si l’on veut se positionner comme une plateforme de référence à l’export. Force est de reconnaître que ce raisonnement se tient, et d’ailleurs celui-ci en a fait, une fois de plus l’éclatante démonstration pour cette édition 2017, d’un salon qui n’est pas qu’international sur le papier. En effet, il faut savoir que sur les quelques 55 000 visiteurs, quasiment tous acheteurs, revendiqués sur les deux rendez-vous, et même 69 000 si l’on ajoute le rendez Eco-expo Asia, qui se tenait simultanément, ceux-ci venaient de pas moins de 151 pays. Ajoutons une parenthèse pour avaliser les amalgames de l’organisateur, à propos d’Eco Expo Asia. Il faut en effet savoir que ce rendez-vous était dédié aux technologies de la protection de l’environnement, dont le bâtiment intelligent est un des axes essentiels de développement. Il va donc sans dire que dans ce contexte l’éclairage est intimement lié à cet aspect du phénomène. De toute façon peu importe la façon dont est comptabilisé et additionnel le nombre de ces visiteurs. Toujours est qu’ils ont répondu présent, ces visiteurs du monde entier et que s’ils ont fait si massivement le déplacement, c’est parce qu’ils ont toujours considéré le rendez-vous de la profession de l’éclairage, mis en scène et en musique par HKTDC, comme la référence internationale incontournable, sur la zone Asie Pacifique, ou pourtant la concurrence est rude, avec la présence du voisin chinois, qui n’est pas disposé à s’en laisser compter.

Toujours la course en tête, mais des questions

Il n’en reste pas moins vrai que Hong Kong continue de faire la course en tête en termes d’attractivité pour les acheteurs étrangers, et tout laisse à penser, à l’issue de cette édition 2017 que le mouvement n’est pas près de s’éteindre. Il n’en reste pas moins vrai, que si le monde entier se déplace à Hong Kong, c’est parce que tout est prévu en termes de qualité et de capacité d’accueil, ce qui sur cette partie du monde reste unique. Depuis son arrivée à l’aéroport international, le visiteur se voit proposer un choix exceptionnel en matière de capacités hôtelières, un accueil anglophone ultra compétent, des transports urbains collectifs et individuels de grande qualité, sans oublier bien sûr des sites d’expositions parfaitement organisés. A cet effet, signalons que le déplacement sur la plateforme Asia World Expo, ne posait aucun problème au visiteur pressé qui en une journée pouvait se rendre sur les deux grâce à un système de navette fonctionnant à la perfection. Il est vrai que le sens de l’organisation n’est pas un vain mot pour HKTDC. Tout est donc pour le mieux dans le meilleur des mondes ? Pas tout à fait, la perfection est toujours tutoyée jamais atteinte. Nul n’est parfait et c’est mieux ainsi. Toujours est-il que le talon d’Achille de ce bouquet de salons dédié à l’univers de plus en plus complexe de l’éclairage se trouve dans son offre. Si celle-ci est pléthorique, nous l’avons vu, il n’en reste pas moins vrai qu’elle souffre d’un manque de marques internationales de renom. Les grandes entreprises du secteur semblent bouder un rendez-vous qui pourtant leur offre la plus valorisante sur une zone du monde qui brille par son dynamisme, entrainant le monde vers un retour à la croissance. Même si cette situation reste un mystère, elle trouve peut-être sa justification, dans la présence toujours plus massive d’exposants, venus « d'à côté ». Cette faible présence étrangère n’est pas sans conséquence dans la structure de l’offre. Il apparaît de plus en en plus clairement que les salons International Lighting Fair et Hong Kong International Outdoor and Tech Light Expo 2017, sont devenus essentiellement des lieux de Sourcing à grande échelle. Il suffit à cet effet d’arpenter le magnifique Hall of Fame, supposé dédié aux exposants de renom, pour s’apercevoir que celui-ci s’est transformé en un hall où cohabitent quelques firmes locales de la région de taille respectable, dont certaines bénéficient d’une notoriété qui dépassent leurs frontières, et une multitude de petites entreprises du cru, mais plus essentiellement chinoises. En tout cas, et quoique l’on puisse en penser, la formule fait ses preuves, et si l’on y vient du monde entier, ce n’est pas pour y découvrir les nouveautés et innovations des grandes marques internationales, c’est surtout pour y rencontrer ces milliers d’exposants dont l’activité est dédiée pour la plupart à la sous-traitance. Il est donc permis d’affirmer que les salons hongkongais de l’éclairage sont avant tout des salons internationaux de par leur visitorat, mais essentiellement locaux et chinois de par leur offre. Cependant, il n’y a pas matière à étonnement. L’Empire du Milieu ne laisse aucun secteur industriel inoccupé, à fortiori, lorsqu’il implique des marchés de cette envergure.

Une évolution vertigineuse

Ainsi, ce sont par dizaines de milliers que les entrepreneurs de l’Empire du Milieu se sont lancés sur ce marché, n’en négligeant aucun aspect et surtout pas ceux des composants, de la sous-traitance, à destination de tous les secteurs, depuis l’éclairage domestique, public, ou encore celui de nos habitations. Sachant en plus que le domaine ne fait qu’évoluer, à une vitesse vertigineuse sous la poussée de la numérisation et de la connectivité, les rangs des concurrents ne font que s’étoffer. Comment dans ces conditions refuser d’accueillir tous ces acteurs, sachant que Hong Kong appartient désormais définitivement à la Chine ? Tel est l’équation que HKTDC a dû résoudre, et force est de constater qu’elle s’est fort bien tiré, en ne fermant aucune porte aux exposants « d’à côté », mais en verrouillant dans la mesure du possible, la qualité technique et la fiabilité de l’offre présentée. Le résultat est plus que positif, et le salon peut s’enorgueillir de proposer via ses exposants, les nouveautés et innovations les plus en pointe, dans un secteur qui n’en manque pas c’est peu de le dire.
Ainsi, parmi les grands thèmes de cette session 2017, citons le smart lighting, ou la connectivité, le Bluetooth et le Wifi font de chaque élément dédié à l’éclairage un produit intelligent, et surtout à haute efficacité énergétique, permettant ainsi de réduire la consommation et ses coûts, avec tous les enjeux environnementaux que cela comporte. Voilà également que se profile le fameux principe d’« Internet des objets », dont le marché global devrait se situer aux alentours de 1,7 milliard de dollars américains, avec une très importante contribution de la Chine. C’est dire la taille des enjeux. L’éclairage public devrait en bénéficier, et devenir un parfait exemple de l’avenir de ce principe d’Internet des objets, permettant d’améliorer spectaculairement son efficacité sur le plan énergétique, mais aussi autorisant le recueil de données, des avertissements de sécurité bien sûr, et dans bien d’autres domaines, grâce à la 5G, aujourd’hui, en attendant la suite… Dans ce contexte le futur verra le mariage entre l’intelligence artificielle, le big data et le Cloud. Ainsi, les systèmes d’intelligence artificielle intégreront la technologie de reconnaissance, permettant d’optimiser l’utilisation de chaque produit en fonction de paramètres individuels de consommation et de comportement. Le commerce ne sera pas non plus épargné grâce au « smart retail » doté de fonctions d’intégration d’informations, dans le domaine de la surveillance, ou des comportements d’achats collectés grâce à l’internet des objets et le big data.
Tout ceci est fascinant et terrifiant à la fois, mais tel est le monde qui nous est proposé dans les années à venir. Dans cette débauche de technologie, plus ou moins anxiogène, l’univers de l’éclairage est amené à jouer un rôle essentiel. La source, à savoir l’ampoule, ce petit objet inventé par Mr Edison, au siècle dernier est devenue un relais de très haute technologie. Les salons de l’éclairage, qui se sont tenus à Hong Kong, en sont la vitrine d’un continent très impliqué dans ce mouvement. Plus que des produits, la majorité des exposants sont venus proposer des solutions à des acheteurs qui essaient de suivre le mouvement. Alors, oui, ces salons sont des salons de sourcing, essentiellement chinois pour les raisons que l’on connaît, mais pas n’importe quel type sourcing. Ils constituent une mine d’informations sur ce que sera le monde de l’éclairage de demain.•