20170726 b2b habitat

Batibouw Bruxelles : Le pro et le particulier à l’honneur

Le 13 juin 2017. Rubrique Europe

20170613 Batibouw 1Du 16 au 26 février derniers le salon Batibouw, événement annuel et immanquable du secteur de la construction s’est tenu à Bruxelles. Un moment unique tant pour les professionnels que pour les particuliers, au cours duquel plus de 1 000 exposants ont répondu présents.

Le rendez-vous s’avère remarquable, et ce à plus d’un titre. D’abord par sa longévité. Pendant onze jours, les professionnels de la construction et du bâtiment ont participé au salon Batibouw. Les deux premières journées étaient consacrées aux artisans. Les neuf jours restants, destinés aux particuliers. Peu de salons en Europe, y compris en Allemagne, affichent une durée pareille. En cela, il est exceptionnel. « En Belgique nous avons une grande culture pour les salons. Le marché belge est tout petit, explique Pierre Hermant, le Directeur du salon. Comme dit l’adage, nous avons tous une brique dans le ventre. Cela signifie que les Belges aiment rénover, construire, bâtir. C’est aussi pour cela que plus de 300 000 personnes se rendent au parc des expositions. Notons également que près de 50 % du public poussent les portes des halls pour la première fois. Il y a un fort taux de renouvellement des visiteurs ». Le nombre d’exposants, plus de mille, dénote également. D’autant que Batibouw s’adresse exclusivement au marché Belgo-Belge.

Des affaires à réaliser

Originellement, Olivier Bricks participe au salon pour recevoir en priorité les particuliers. Mais cette année, les deux jours dédiés aux artisans ont semble-t-il été payants. « Nous étions focalisés sur le marché particulier. Nos ventes pèsent près de 60 % en GSB, et 40 % dans les négoces, ou revendeurs de matériaux, explique Delphine Balcaen, Responsable marketing du fabricant. Depuis que nous nous sommes lancés dans le développement de briques pour chantiers, nous gagnons en visibilité auprès des artisans et professionnels. Grâce à un projet réalisé à la commanderie de Napoléon à Waterloo, nous avons davantage de notoriété. Et cela se ressent sur cette édition de Batibouw. Un grand nombre de professionnels viennent nous rencontrer ». Les deux premiers jours du salon restent très qualifiés, en termes de prises de contacts et de commandes. « Nous avons eu de très bons contacts nationaux durant ce salon, explique Lambert Jakobs, Fondateur de Alumthermo, une entreprise spécialisée dans la conception d’isolants. L’avantage de Batibouw tient dans sa taille. Il demeure très belge. Voilà aussi pourquoi nous ne serons pas à Batimat, car il y a trop de concurrence, la France ne représente pas pour nous un marché cible, et les prix s’avèrent trop bas ». Pour attirer le visiteur, les exposants n’hésitent pas à trouver des trésors d’ingéniosité. « Outre les tarifs préférentiels que nous proposons aux artisans, nous leur proposons aussi de vivre une expérience unique et un peu décalée. Il nous faut du temps pour discuter, expliquer le produit, aussi nous avons décidé de rendre cette rencontre très conviviale, en proposant des cafés, sur une terrasse de jardin reconstituée. Il y a de la musique. Près de 10 % de notre budget marketing est consacré à cet événement », explique Herwing Dessers, Responsable marketing de chez Stone et Style, un fabricant belge de dalles extérieures et de terrasses. Les fabricants mettent les petits plats dans les grands sur ce salon car 25 à 30 % de leurs chiffres d’affaires sont réalisés au cours de cet événement. « Fort de ces promesses de résultats, certains industriels en profitent pour exposer, car ils ne disposent pas assez de fonds pour investir dans un show-room à l’année », explique Pierre Hermant, l’organisateur du salon. « Le parc d’exposition est une fantastique salle d’exposition. Au cours de ces onze jours, nous avons le loisir de rencontrer nos clients professionnels et particuliers. Il est possible de leur expliquer et présenter nos produits en détail et de prendre du temps. Ce sont des aspects que nous n’avons pas toujours l’occasion de réaliser en dehors de ces moments dédiés », explique Dominique Nassen, Marketing Manager chez Vandersander group. Le salon reste une valeur sure en matière d’affaires. D’autant que le marché se montre quelque peu contrarié. « Nous notons qu’il y a de plus en plus de doutes et d’incertitudes au niveau international, explique André Groot, le Président de la Fema, le syndicat de la fédération professionnelle belge pour les négociants professionnels en matériaux de construction. Il y a une forme de repli sur soi. Et le programme du nouveau président américain en est une incarnation précise ». Batibouw représente donc un temps fort immanquable pour les exposants comme pour les artisans et particuliers.

20170613 Batibouw Pierre Hermant


Pierre Hermant, Directeur du salon


Un lieu de rencontre

« Les entreprises françaises qui viennent ici nous félicitent pour les innovations que nous présentons, précise Pierre Hermant le Directeur du salon. L’ensemble des visiteurs bénéficie des dernières nouveautés. Les particuliers et les artisans peuvent obtenir des explications et des conseils sur les travaux qu’ils souhaitent entreprendre auprès des fabricants, et ce quel que soit le secteur ». « Nous avons une occasion unique pour présenter nos nouveautés, explique Yves Dupont, Directeur général de Marlux Belgique, spécialisée dans le pavement. Nous accompagnons aussi nos présentations avec des campagnes de communication dans le sport, en sponsorisant des équipes cyclistes, afin d’être encore plus visibles du grand public ». Du jardin, aux finitions intérieures, en passant par le gros œuvre ou encore les sols et revêtements, au total quatorze domaines de compétences sont représentés sur le Batibouw. « En venant ici, je me tiens informé des dernières nouveautés, explique Emmanuel Trefois, Gérant d’une entreprise de rénovation. Mais pour parachever le niveau de conseil, des cabinets d’avocats répondent également aux particuliers pour éviter toute forme de déconvenues ».
Durant onze jours le secteur du bâtiment et de la construction engrange un maximum de commandes sur le salon. « Cela nous permet de nous consolider sur le marché belge », explique Michel Seleck, Commercial senior pour Nelissen, une entreprise familiale créée en 1921. La 59e édition se tiendra du 22 février au 4 mars 2018. l