20170726 b2b habitat

Interzum Cologne : La tête dans les étoiles

Écrit par Philippe Méchin Le 17 août 2017. Rubrique Europe

20170817 IZ Cologne

Deux mois plus tard, c’est du côté de Cologne qu’Interzum a déployé ses ailes, avec la “version originale” du salon, laquelle s’est tenu selon le mode biennal habituel. Cependant cette session 2017 restera dans les annales, tant les chiffres ont été exceptionnels, à tous les étages, avec un niveau de visitorat record, un nombre d’exposants, et une surface occupée à l’unisson. Du jamais vu, à tel point qu’il est permis de se demander par quel miracle ces chiffres exceptionnels sont-ils sortis. En réalité de miracle, il n’y en a pas eu, loin de là.

Il faut en effet bien comprendre que nos amis allemands sont des pragmatiques dans la gestion, l’organisation et le management de leurs salons. Aussi ne faut-il jamais voir dans des résultats record, la main du destin, et encore moins du hasard. Si cette édition d’Interzum Cologne s’est déroulée dans les meilleures conditions possible, c’est avant tout dû à un long travail en amont afin de proposer une offre adaptée à un marché, et dans cette façon de procéder, chaque détail compte. Aussi parmi les équipes aux commandes de l’événement, personne n’a fondamentalement été surpris, juste quand même étonné de l’ampleur des résultats. Il faut bien dire que les chiffres sont vraiment exceptionnels. Ainsi, la fréquentation a-t-elle enregistré une hausse plus qu’impressionnante de quelque 19 % ! Oui, vous avez bien lu ! C’est du jamais vu dans la longue histoire de la plateforme allemande. Ce sont donc pas moins de 69 000 visiteurs venus de 152 pays, qui ont franchi les portes du Parc des expositions de Cologne, lors de ces journées intenses. Et c’est probablement cette universalité qui constitue le principal motif de satisfaction des organisateurs rhénans. En effet la proportion de visiteurs étrangers traditionnellement toujours élevée a encore crevé les plafonds pour cette édition 2017. Connaissant l’attention extrême que porte Koelnmesse sur l’internationalité de son visitorat, il est clair que cette année, ces objectifs absolument prioritaires pour les organisateurs rhénans ont été atteints.
En y regardant d’un peu plus près, les visiteurs internationaux se sont donc comptés au chiffre de 51 000, sur un total de 69 000, avec des proportions de progression de certains pays très impressionnantes, à l’instar des pays de l’Europe de l’Est qui ont enregistré un pourcentage d’augmentation de 46 %, mais aussi l’Asie qui affiche la plus belle envolée avec 53 %. A ce propos, il n’y a guère matière à étonnement connaissant la dynamique du continent soutenue par la Chine, dont les acheteurs sont désormais omniprésents sur tous les salons professionnels de la planète. Et que dire aussi de l’Inde, dont la croissance économique ne faiblit pas, malgré des problèmes d’infrastructures et de la complexité des relations dans le domaine des échanges commerciaux internationaux, ce qui ne l’empêche cependant pas de grimper sur la troisième marche du podium avec un visitorat en hausse de 41 %. Au-delà des ces champions, l’Europe est loin d’être en reste avec des résultats spectaculaires enregistrés par les Pays-Bas (+ 26 %), ou encore ceux de l’Espagne (+ 23 %) ou de l’Italie (+ 20 %) et à des degrés moindres, la Pologne, assimilée à l’Europe par les organisateurs, et la Grande-Bretagne. Enfin pour compléter ce tableau d’honneur du tour de la planète, citons le Moyen-Orient (+ 25 %) l’Afrique (+ 17 %), l’Australie/Océanie (+ 31 %), l’Amérique du Nord (+ 26 %). Bref, cette montée en puissance spectaculaire de tous les continents démontre très arithmétiquement et d’une manière incontestable, l’incroyable succès d’Interzum auprès des professionnels venus du monde entier. C’est ce qui explique cette envolée globale du visitorat et ce qui constitue la justification de cette progression à deux chiffres.

Incroyables progressions

Bien évidemment et comme nous l’avons dit en préambule, les résultats en termes de nombre d’exposants venus présenter leurs nouveautés et innovations lors de cette édition 2017, sont tout aussi spectaculaires.  Avec 1 732 entreprises venues de 60 pays, contre 1 537 en 2015, la progression enregistre un bond spectaculaire de l’ordre de 13 %. Ainsi les fabricants et industriels étrangers ont-ils représenté 79 % du total des exposants. Ces statistiques absolument sans appel viennent confirmer la position de leader mondial en termes d’internationalité du salon Interzum. Et comme il faut bien loger tout ce beau monde, il aura fallu allouer à toutes ces entreprises, une surface d’exposition de 180 000 m2, ce qui constitue le troisième volet du triptyque, dans le domaine des progressions à deux chiffres avec un résultat record, en hausse de 15 %.
Néanmoins tous ces chiffres qui donnent le tournis appellent à réflexion. Qu’est-ce qui les justifie ? Que s’est-il passé de si extraordinaire lors de cette édition 2017.

Ecologie et technologie.

A notre avis, il semble bien que plusieurs facteurs soient à considérer. Le premier se situe avant tout dans le niveau de l’offre. Il est clair que tous les leaders de la profession ont répondu présent, et ce, de manière spectaculaire avec des surfaces d’exposition considérables, à l’exemple de marques comme Hettich, Blum, Grass, ou encore Häfele. Lorsque des entreprises de cette taille viennent y présenter leurs nouveautés et innovations, il est évident qu’elles font office de locomotives. De plus, ces leaders sont dans leur majorité allemands, voire germanophones. Et comme l’image de l’industrie Outre-Rhénane est très performante, sur les secteurs d’Interzum, n’oublions pas qu’elles étaient 150 à exposer, elles constituent ainsi une caution qui draine tout le marché couvert par le périmètre du secteur. Justement à propos de marché, il est également bon de rappeler ceux que couvrait ce salon. Ainsi se trouvait exposé, tout ce qui compte dans le monde des équipements, composants, et accessoires du meuble meublant, de cuisine ou de salles de bains, parquets et aménagements intérieurs, surfaces et papiers peints de décoration, sols en laminés, panneaux en bois, fixations et serrures, matériaux pour les canapés et sofas, sans oublier bien sûr le secteur literie devenu au fil des ans un pôle majeur d’attraction, ni bien sûr ce que les organisateurs appellent selon leur terminologie spécifique les « intérieurs bois. » Ce matériau issu de la nature constituait plus que jamais un des fils rouges du salon. A cela, rien d’étonnant lorsque l’on connaît l’attachement des consommateurs, à tout ce qui se rattache à ce produit noble, tant pour des raisons de robustesse, que d’esthétique, ou encore d’éco-compatibilité. Ce dernier phénomène n’a pas d’ailleurs pas échappé aux organisateurs rhénans comme le prouve le nom attribué à l’un des trois segments de la foire, nommé Material & Nature, les autres se nommant functions & components et Textile & Machinery. Celui-ci réservait, dans les halls 6, 10.2, et 4.2, une place conséquente au développement durable, permettant à tout visiteur de s’intéresser à la préservation des ressources, à l’utilisation des matières recyclables et de découvrir de nombreuses solutions en la matière. S’y trouvaient pour la première fois deux Piazzas, ces fameuses plateformes de rencontres, confiées à Katrin Low, architecte d’intérieur. Ce concept de développement durable était également présent au sein du segment Function & Components, lequel accueillait les exposants proposant des solutions d’éclairage et des composants destinés à la fabrication de meubles, de ferrures et serrures. A cet effet, le Dr Sasha Peters, chercheur en matériaux, montrait comment l’industrie du meuble transforme en nouveaux produits des matières apparemment sans valeur, contribuant ainsi à la préservation des ressources. N’ont pas été oubliés non plus, les tendances désormais bien connues de la connectivité et la montée en puissance des nouvelles technologies. C’est ainsi que les produits dits intelligents étaient légion lors de cette édition. Le smartphone, pierre angulaire du système, est plus que jamais appelé à guider la vie de nos objets via des applications toujours plus sophistiquées qui non seulement apportent confort et praticité, mais contribuent aux économies d’énergie, le phénomène étant particulièrement flagrant à propos de tout ce qui se rattache à l’éclairage, l’aménagement et l’équipement de la cuisine et dans une moindre mesure à la literie, les meubles meublants ou encore les canapés. A propos de ces derniers, il est à noter que nul ne pouvait s’empêcher d’être impressionné par le segment nommé Textile & Machinery consacré au rembourrage, aux tissus et aux cuirs ainsi qu’aux machines nécessaires à leur transformation. Les visiteurs pouvaient voir en action nombre de ces bijoux de haute technologie.

Les fruits d’une stratégie

Au-delà de ce florilège de nouveautés proposées par une profession très portée vers l’innovation, au cœur d’une offre bien ciblée, il faut également voir dans le succès exceptionnel de cette édition 2017, les fruits d’une très habile stratégie qui va bien au-delà du simple salon Interzum. En effet, Koelnmesse a depuis quelques années mis en branle un vaste chantier, où se trouvent impliquées différentes plateformes dédiées à l’aménagement de la maison. Elles se nomment IMM, un des trois grands rendez-vous mondiaux du meuble, Living kitchen, plateforme dédiée a la cuisine qui est venue se greffer de façon biennale, pendant IMM sur le même site, et Living Interior qui te tient alternativement au même endroit, rendez-vous réservé cette fois-ci, à la décoration, l’éclairage, les décours muraux, tapisseries, produits pour la salle de bains. Forts de ces trois rencontres professionnelles sur des secteurs complémentaires, les organisateurs rhénans n’ont surtout pas oublié d’y intégrer Interzum, ce qui leur permet de proposer une offre globale destinée aux professionnels de l’aménagement de la maison depuis les composants de bases jusqu’aux produits finis destinés à l’équipement et la décoration intérieure. Cette complémentarité devenue naturelle fait ainsi de Cologne une des places fortes, voire la place la plus forte du secteur dans sa dimension la plus large. Ceci explique probablement cela, et grâce aussi à la formidable synergie que permet ces plateformes. En tout cas, ce qui n’était qu’un projet il y a seulement quelques années, est désormais une réalité et tout laisse à penser ce positionnement permettra à Koelnmesse de conforter cette nouvelle hégémonie.
Il n’en reste pas moins vrai qu’au-delà de cette stratégie fort habile, le salon Interzum à lui tout seul a magnifiquement collé aux réalités de ses secteurs d’activité, de son marché, et su proposer une offre exceptionnelle tant en en termes quantitatifs que qualitatifs. Les organisateurs ont notamment très bien su capter l’air du temps, en misant sur les concepts de durabilité, d’éco-compatibilité habilement mixés avec la montée en puissance de la connectivité, des nouvelles technologies et du design. Et si d’aventure d’aucuns pouvaient avoir encore quelques doutes sur le bien-fondé de ces options, ils n’ont qu’à regarder les chiffres de fréquentation, de nombre d’exposants de cette édition. Avec une croissance à deux chiffres dans chacun de leurs domaines, ils sont sans appel.•