20170726 b2b habitat

20170927 paysalia
20170921 womansgarden

Journées des Collections 2017 : Grand soleil sur Marseille !

Le 12 juin 2017. Rubrique France

20170612 JDC 1

Si de l’avis unanime de la profession, l’édition 2016 des Journées des Collections (JDC) était celle de la maturité, celle de 2017 est celle de tous les records. Avec une fréquentation en hausse de quelque 20 %, la satisfaction est à son comble tant chez les exposants que les acheteurs. Retour sur un succès…

Avec 1 200 acheteurs - soit une progression de 20 % par rapport à 2016 - et quelque 350 exposants dont 124 faisaient le voyage pour la première fois, « les JDC réussissent une fois de plus à réunir la quasi-totalité de la distribution du jardin sur un salon qui s’étend, avec des stands plus grands et surtout une arrivée en force de la motoculture », commente tout sourire Jean-Luc Garnier, Commissaire Général de la manifestation, à mi-chemin de la dernière journée du salon.
Satisfaction également côté exposants. C’est le cas pour Gardena (groupe Husqvarna) qui fait cette année son retour sur les JDC. « La belle organisation de l’événement sans les aléas météo des années passées avec en plus un bon emplacement pour notre société - juste au cœur du hall 1 - nous conforte dans notre choix d’exposer à nouveau », déclare Julie Hoang, Directrice marketing & communication Europe du Sud division Gardena. Même écho chez So Magic. « Le salon de Marseille est idéal pour montrer les produits de la saison en cours, voire les innovations de la saison à venir, d’autant que tous les acheteurs de la grande distribution sont là cette année », explique pour sa part Michèle Chevrot, Directeur général de So Magic.

Déco à gogo !

La mise en avant des innovations et tendances du moment reste effectivement en 2017 l’attrait majeur de l’événement pour l’ensemble des acteurs de la distribution du jardin. Ainsi, l’espace innovation développé en partenariat avec le cabinet Chlorosphère, met une fois de plus en avant les principales nouveautés de l’univers du jardin. Tirée par une forte dynamique, la déco prend ainsi de plus en plus d’ampleur sur les segments du mobilier et des contenants, lesquels se parent de couleurs chatoyantes et contemporaines, tandis que le design continue de redéfinir lignes et formes des équipements. « Si les couleurs flashy - jaune et rouge notamment - sont présentes cette année sur les segments du mobilier et des contenants, elles le sont par petites touches pointillistes. En parallèle, on s’oriente pour 2018 vers des couleurs plus élégantes, plus discrètes comme le noir ou l’anthracite », analyse ainsi Manuel Rucar, tendanceur et créateur du cabinet de tendances Chlorosphère.
De fait, les industriels - notamment sur le segment des contenants - travaillent lentement mais surement à introduire ces couleurs neutres et faciles à assortir déjà bien en place sur les secteurs du design et de la haute couture. Et ça marche ! Après une longue traversée du désert de plusieurs années durant laquelle l’évolution du segment s’était lentement, mais surement déconnectée de celle des végétaux, les contenants sont à nouveau en mesure - avec l’ensemble des familles de produits de la décoration - de tirer le marché du jardin. Autre signe tout aussi réconfortant : la baisse des prix qui affectait toutes les gammes de produits ne semble plus être qu’un mauvais souvenir, le segment créant à nouveau de la valeur de manière significative. Bref, tout va à nouveau pour le mieux sur cet univers où les fabricants semblent à nouveau disposés à miser sur la qualité et l’esthétique de leurs produits. Au final, bien représenté cette année sur les JDC, l’univers des contenants participe du dynamisme du marché de la décoration qui pour rappel, progresse en valeur de 1 % en 2016 selon les derniers chiffres Promojardin.

Marseille fait feu de tout bois…

Côté mobilier, ce sont les nouveaux matériaux qui sont cette année à l’honneur à Marseille. Le Transabed XL de Lafuma par exemple, est très facile d’utilisation et d’entretien grâce au tissage en toile batyline*. De même sur le stand Hespérides, l’aluminium anodisé** confère au transat Rumba élégance et résistance. Enfin, chez City Green, tables et chaises Burano sont recouvertes de quatre couches de peinture à l’eau et ne nécessitent de fait aucun entretien. Bref, si comme celui des contenants, le segment du mobilier suit cette année lui aussi une nouvelle tendance chromatique - jau­ne et bleu notamment - on peut aussi relever au fil des allées une certaine tendance à la mobilité. Se pliant et se dépliant en un seul geste, la table Burano s’accroche par exemple au balcon. Sans pieds, elle offre ainsi un véritable gain de place aux jardiniers citadins.  A noter également, un retour au bois clair avec des lignes inspirées du design scandinave repérable entre autres sur le Globo Chair d’Amazonas, un fauteuil sphérique en bois d’épicéa à suspendre selon ses envies…
Tendance également forte de la saison jardin 2017 - et sur cette édition des JDC - le barbecue conti­nue à occuper une place tout aussi prépondérante que stratégique sur la manifestation. Plus d’une quarantaine d’exposants sur ce segment, pour la plupart réunis en extérieur à l’entrée du salon. Parmi eux Le Marquier, Char Broil, Cuisinart, Garden Max, mais également des marques leaders comme Forges Adour, So Magic ou encore Campingaz, les uns et les autres profitant une fois de plus de l’occasion pour exposer leurs nouvelles gammes de barbecues et de planchas. « L’ensemble du marché de la cuisson de plein air - tous équipements et technologies confondus - semble à nouveau bénéficier sur le premier quadrimestre de l’engouement général des consommateurs pour la cuisine et d’une certaine tendance faisant peu à peu sortir le marché de la simple grillade pour le tirer vers la “gastronomie” de plein air », poursuit ainsi Michèle Chevrot (So Magic). La dernière saison - sur la base des chiffres GfK de janvier à décembre 2016 - n’en apportait pas forcément la preuve…

20170612 JDC 2

Attention show devant !

Sauf que la progression à deux chiffres enregistrée par les BBQ à gaz XXL de type américain témoigne non seulement de l’attachement du consommateur à un équipement convivial et familial, mais surtout de la capacité de l’utilisateur à accompagner le dynamisme d’industriels toujours prêts à innover, le tout en faveur d’une montée en gamme générale du marché. C’est le cas sur le segment des barbecues, mais également celui des planchas, particulièrement bien représenté sur cette 15e édition des JDC avec des intervenants majeurs du marché comme Forges Adour qui pour exposer ses nouvelles gammes et bien signifier son nouveau positionnement sur le marché, avance l’un des plus beaux stands de cette édition 2017 des JDC. Bref, à Marseille comme ailleurs, la petite plancha magique continue à tirer le marché. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : + 1 % de progression de chiffre d’affaires en 2016 selon GfK alors que la moyenne du marché est à - 4 %, difficile de faire mieux… « La plancha répond parfaitement aux attentes des utilisateurs français en matière de gastronomie de plein air en leur offrant notamment la possibilité de cuisiner au jardin, tout type d’aliments ; c’est pourquoi nous avons revu notre stratégie de marque avec une offre étoffée, fortement qualitative en termes de design et de niveau d’équipement. Nous avons par ailleurs travaillé en amont pour offrir des gammes spécifiques à chaque type de circuit de distribution - GSB/Lisa et spécialistes - ceci afin de coller au plus près des atten­tes des enseignes, mais également du consommateur final », confie ainsi Olivier Renoux, Directeur commercial Forges Adour.
Enfin, en dépit d’une concurrence accrue des planchas et autres barbecues gaz, le BBQ à charbon continue lui aussi à bénéficier d’une certaine appréciation des utilisateurs, d’autant que l’acquisition de ce type d’équipement ne constitue pas un achat impliquant de par son prix souvent largement inférieur à ceux des appareils gaz.

Outillage d’or

On l’aura compris, qu’il soit électrique, à gaz ou au charbon, le BBQ reste d’autant plus dynamique qu’il bénéficie de l’actuel engouement des Français pour la cuisine, via notamment les nombreuses émissions culinaires à la TV. S’esquissent ainsi de nouvelles tendances culinaires en faveur d’une cuisine de plein air plus raffinée, variée et diététique. Reste maintenant aux équipements à accompagner cette (r)évolution. Maturité du marché oblige, les services R&D des principaux industriels sont déjà à l’ouvrage. Résultat, les nouvelles fonctionnalités se multiplient, tirant toujours davantage l’offre vers le haut de gamme.
Moins “météo-dépendant” que celui des BBQ, le marché des équipements (- 2 % en 2016 selon Promojardin) est traditionnellement bien représenté aux JDC. 2017 ne change pas la donne sur ce point. Parmi les différentes familles de produits constituant ce vaste segment, l’outillage manuel bénéficie de nombreuses innovations de la part des industriels présents sur la manifestation. Tiré par un consommateur privilégiant de plus en plus confort et bien-être, le secteur est par ailleurs largement dynamisé par des marques très réactives par rapport à ces nouvelles attentes. C’est plus particulièrement le cas sur le segment des outils coupants, secteur sur lequel le consommateur échaudé par les premiers prix revient à des produits qualitatifs. Résultat, le marché évolue, à vitesse grand  V, avec des outils de plus en plus ergonomiques auxquels l’événement accorde cette année une large place, sur l’espace Innovations, mais également au fil des stands. Globalement, les améliorations apportées passent par la forme et le poids de l’outil, voire aux matières utilisées pour sa conception, le tout en faveur d’une maniabilité optimale. Doté de poignées en Comfort Gel*** pour un confort supérieur et une réduction de la fatigue lors des travaux de coupe, le sécateur Flexdial de Bellota s’inscrit parfaitement dans cette tendance. Si les outils manuels les plus récents tendent à devenir plus ergonomiques, ils sont également davantage polyvalents. Avec un côté pour sarcler les mauvaises herbes et un autre pour les ramasser, la binette Duopro de Fiskars est idéale pour le désherbage tout-terrain.

Salon moteur

L’innovation va également bon train sur l’outillage motorisé, segment lui aussi bien représenté sur cette édition des JDC. Bénéficiant des efforts des services R&D des industriels, les outils électriques ont particulièrement le vent en poupe ces derniers mois. Comme sur l’outillage manuel, légèreté, praticité et sécurité sont largement privilégiées sur les nouvelles gammes présentées. C’est entre autres le cas du concept multi-outils Trimma chez Gardif. Avec une poignée arrière, un manche télescopique en aluminium et cinq têtes d’outils, ce dernier permet de composer jusqu’à sept outils : tronçonneuse, tronçonneuse sur perche, taille-haie, taille-haie sur perche, coupe-bordure, bineuse et souffleur. Au final un concept polyvalent et performant, permettant de couvrir - ou presque - tous les travaux de coupe au jardin. Directement dépendant du marché de l’outillage, le segment des équipements de protection individuelle (EPI) se révèle lui aussi des plus dynamiques en ce début de saison. Les différentes familles de produits relatives à la protection du jardinier se comportent toutefois de manière très diverse.
Le chiffre d’affaires des gants est par exemple en recul, mais les lunettes et les masques tirés par les nouvelles réglementations imposant au jardinier de s’équiper pour les traitements phytosanitaires continuent à enregistrer des progressions à deux chiffres. Idem pour les vêtements de protection qui évoluent à vitesse grand V ces derniers mois. Les marques, représentées au fil des allées du hall 2, témoignent d’ailleurs du dynamisme de cette famille de produits. Certaines ont toutefois une longueur d’avance sur les autres… C’est entre autres le cas de Fashion Sécurité (Fargroup), spécialiste du vêtement de protection féminin. Après s’être fait connaître pour ses salopettes à la fois élégantes et performantes, Fashion Sécurité a ainsi lancé ces derniers mois la première gamme de chaussures de protection pour femmes. « Cette gamme - baptisée chaussures F16 - a été extrêmement bien accueillie, non seulement par l’ensemble de nos enseignes partenaires, mais également par les utilisatrices elles-mêmes, conquises à la fois par leur design et leurs ses atouts techniques notamment au niveau du confort ; c’est une belle récompense pour toute notre équipe », confie sur son stand Céline Lapôtre, Chef de projet.

Phyto tout bio, tout beau ?

Se protéger c’est bien, protéger son jardin c’est mieux… Mais pas n’importe comment et si possible en respectant l’environnement. Les jardiniers n’ont d’ailleurs plus trop le choix. Les industriels non plus… La vente en libre service de produits phytosanitaires pour le grand public étant interdite depuis le 1er janvier dernier, les intervenants du secteur redoublent en effet d’efforts afin de mettre sur le marché une nouvelle génération de produits. Lourde tâche d’ailleurs pour les fabricants qui depuis plusieurs années missionnent leurs services R&D pour développer à la fois des solutions alternatives à faible risque, des produits utilisables en agriculture biologique et, bien sûr, des produits de biocontrôle. Autant de pistes et de méthodes pour soigner et prévenir les maladies des végétaux, contrôler les populations de nuisibles et limiter le développement des herbes folles… Le tout en proposant des produits faciles à utiliser, des solutions prêtes à l’emploi, des emballages adaptés, pédagogiques, dispensant volontiers conseils et astuces. Les granulés de Suez Organique, par exemple, permettent de réduire la taille des packagings et d’optimiser ainsi le bilan carbone des produits phytosanitaires. « L’un de nos derniers produits - Hipposol - est un engrais avec 50 % de fumier de cheval, très riche en phosphore donc. Il intègre également algues et fumier de volaille, soit au final une solution complète et polyvalente pouvant s’appliquer à tous types de végétaux », explique Vincent Chopard, Chef de produits.
Fort du rachat de Bayer, SBM n’est pas en reste et profite même de la manifestation marseillaise pour (re)déployer toute sa gamme Solabiol. « La disparition à terme des produits de synthèse n’est pas forcément un problème puisqu’elle va donner naissance à une nouvelle génération de solutions plus respectueuses de l’environnement. C’est donc une opportunité pour le marché et ses intervenants. C’est pourquoi nous allons beaucoup investir dans la gamme Solabiol ces prochains mois », explique Alexandre Simmler, Directeur général.
Bref, les services R&D travaillent d’arrache-pied afin d’adapter l’offre phytosanitaire aux contraintes imposées par la loi Labbé. Résultat, si les travaux de recherche menés actuellement par les industriels ont pour objectif de répondre aux nouveaux besoins d’un jardinier sensible à la problématique environnementale, ils visent également et surtout à remplacer les substances chimiques pointées du doigt par le législateur par des substances naturelles, le tout devant impulser à terme un jardinage “responsable” chez le consommateur. Au final, à l’image d’un marché du jardin plus que dynamique en 2017, cette quinzième édition des JDC répond aux attentes de l’ensemble des professionnels du secteur avec notamment une offre renforcée sur le phytosanitaire, l’outillage et les loisirs. Satisfaction donc tant du côté des exposants et des acheteurs que de l’organisation. « Si cette quinzième édition est véritablement un succès, nous n’entendons pas pour autant nous endormir sur nos lauriers. Au contraire, nous réfléchissons sur la façon de rendre l’événement toujours plus qualitatif, en termes d’offre, mais également de visitorat, sans oublier l’espace de la manifestation dédiée aux conférences que nous axerons davantage encore sur l’actualité de la profession en 2018 », conclut Jean-Luc Garnier. Sinon, c’est le beau fixe qui domine sur cette troisième édition marseillaise. Et à moins d’un dérapage incontrôlé, il devrait en être de même l’année prochaine les 10,11 et 12 avril 2018. Rendez-vous est pris…