20181030 interzun guangzhou
20180410 bricoscopie logo 20180410 jardiscopie logo 20180410 negocescopie logo

Carrefour du Bois : La forêt, un enjeu majeur

Écrit par Jeffrey Bevilacqua Le 15 juin 2018. Rubrique France

20180615 carrefour du bois

Du 30 mai au 1er juin, se tenait, au Parc des Expositions de Nantes, le Carrefour du Bois. Ce salon majeur a rassemblé les professionnels de la filière, venant des quatre coins du globe. En plus de susciter des rencontres, ce salon a pu mettre en exergue les problématiques liées à la forêt et son futur.

Le bois est indémodable et le Carrefour du Bois était l’occasion parfaite de s’en rendre compte. Le salon, organisé par Atlanbois, tous les deux ans, est un rendez-vous d’affaires, un lieu d’échanges et de commercialisation. « Les professionnels se retrouvent au cœur du salon pour faire du business, des rencontres et développer son réseau. D’édition en édition, le Carrefour mobilise, avec force, l’ensemble des acteurs de la filière », souligne Géraldine Poirier, Commissaire générale du Carrefour du Bois. Pour sa 15e édition, plus de 10 000 visiteurs sont attendus de tous les horizons. Des Australiens, des Russes, des Belges, des Espagnols, des Marocains et bien d’autres encore, ont fait le déplacement jusqu’à Nantes, à l’occasion de ce rendez-vous incontournable de la filière du bois. Sur les 560 exposants du salon, 37 % sont internationaux, venant de 25 pays différents. Et sur les 10 000 visiteurs attendus, sur les trois jours de l’événement, environ 30 % ne sont pas français (80 nationalités différentes). Des stands collectifs ont même été mis en place afin d’accroitre la visibilité des entreprises locales ou internationales. Ainsi, certaines régions françaises et certains pays (Espagne, Belgique, Portugal, Canada et Estonie) ont pu bénéficier d’espaces réservés.
Si ce salon est si prisé, c’est parce que l’organisation met à profit plusieurs stratagèmes, pour garantir une bonne expérience aux exposants, comme aux visiteurs. 9 500 m2 sont réservés aux stands et pourtant, aucun d’entre eux ne doit dépasser 36 m2. « C’est une volonté forte que de limiter les espaces de nos exposants, pour créer un équilibre et respecter les contraintes budgétaires de tous », explique Géraldine Poirier. De plus, le salon professionnel du bois, leader en Europe, a mis l’innovation à l’honneur. Un espace dédié, animé par Bois HD, Sol 2A et Atlanbois, a permis aux visiteurs d’expérimenter plusieurs outils : imprimante 3D, simulateur de scierie, cube immersif, réalité virtuelle, etc. Pour la 1ère fois, le Carrefour du Bois a récompensé les produits les plus novateurs, avec les trophées de l’innovation. Enfin, de nombreuses conférences, organisées lors du salon, étaient anglées sur le futur de la filière.

Nantes, une ville impliquée

Le passé, le présent et le futur de la filière s’écrivent donc au Carrefour du Bois, et plus principalement à Nantes. Cette ville de la Loire-Atlantique (44) est, entre le 30 mai et le 1er juin, la capitale européenne du bois. Preuve de l’implication nantaise dans l’environnement et les aménagements urbains, Nantes est, à ce jour, la seule ville française à avoir été désignée Capitale Verte Européenne, par la Commission Européenne. Ce prix est décerné chaque année à une ville qui montre sa capacité à atteindre des objectifs environnementaux élevés, qui s’engage dans des objectifs permanents et ambitieux pour améliorer l’environnement et le développement durable, qui peut agir comme un modèle pour inspirer d’autres villes, et qui peut promouvoir les meilleures pratiques environnementales. Oslo (Norvège), Stockholm (Suède), Copenhague (Danemark) ou Bristol (Angleterre) figurent notamment au palmarès.
Pour confirmer sa politique environnementale, Nantes a lancé « Le grand appel à renouveler la forêt », à l’occasion du salon. Ainsi, le Carrefour du Bois espère provoquer un déclic au sein de la filière, en commençant par le commencement. La région Pays de la Loire, qui accueille l’événement, s’est engagée à planter 1,5 million d’arbres, d’ici 2019.

La forêt, ressource renouvelable ?

La forêt peut résoudre deux problématiques essentielles : la problématique économique et la problématique écologique. En effet, la filière bois emploie et crée de la valeur ajoutée sur le territoire. Cependant, la France n’exploite pas encore pleinement son potentiel. De fait, l’Allemagne a moins de surfaces forestières que la France (11 millions d’hectares, contre 16 millions dans l’hexagone). Pourtant, notre voisin génère 1,5 million d’emplois, contre environ 450 000 en France.
La forêt est, évidemment, l’une des réponses aux problèmes écologiques, à travers le stockage de carbone. Ce gaz est d’abord capté par les arbres, puis stocké dans les produits de bois, fabriqués par les entreprises. Ces derniers sont, ensuite, utilisés par les consommateurs. Le Carrefour International du Bois se mobilise pour sensibiliser la filière, les élus et les citoyens, au renouvellement de la ressource et à la nécessité d’investir en forêt. C’est en ce sens qu’a été signé le « Grand appel à renouveler la forêt » et que les industriels de la filière se sont fixé un objectif : celui de renouveler 500 000 hectares de forêt, en 2025.•