20180605 taiwan
20180410 bricoscopie logo 20180410 jardiscopie logo 20180410 negocescopie logo

Paris Retail Week : Bienvenue dans l’ère du smart phygital !

Écrit par Sabrina Alves Le 3 août 2018. Rubrique France

20180803 paris retail week

La Paris Retail Week ouvrira les portes de sa 4e édition, du 10 au 12 septembre prochain. A cette occasion, l’agence Havas Paris - en partenariat avec Comexposium, société organisatrice de l’événement - a présenté les 3 tendances à venir sur le salon. Le constat : le magasin physique et le digital ne font plus qu’un ! Explications.

Incontournable depuis quatre ans, le salon Paris Retail Week est l’opportunité pour les retailers du monde entier, d’échanger sur les tendances qui vont booster le commerce de demain. La prochaine édition, qui se tiendra du 10 au 12 septembre, au Parc des expositions de la Porte de Versailles (75), marquera le début d’une nouvelle ère : celle du Smart Phygital ! Une autre façon de définir le mariage entre le magasin physique et le commerce en ligne (phygital). « Avec la multiplication des innovations technologiques, le phygital s’impose dans le commerce. Alors que beaucoup ont cru que le e-commerce balaierait le magasin, c’est un commerce hybride qui émerge en ‘on’ et en ‘off line’. Cette rétribution des cartes ouvre la voie à de nouveaux acteurs alternatifs et à des pratiques inédites. », explique David Mingeon, Directeur Général Adjoint chez Havas France.
Des consommateurs qui manquent de temps.

C’est officiel, l’omnicanalité n’est plus ! Si les enseignes avaient, jusqu’à présent, pour objectif d’attirer leurs consommateurs sur l’ensemble des canaux de distribution (points de vente, site e-commerce, réseaux sociaux, etc.), il faudra, à l’avenir, se doter d’un peu plus de créativité et repenser à sa stratégie commerciale. En effet, plus d’un Français sur deux (59 %) ne veut plus consacrer son temps libre au shopping. 41 % d’entre eux ont, d’ailleurs, le sentiment qu’ils peuvent se passer des magasins physiques, et commander ce dont ils ont besoin, directement sur internet. C’est du moins ce que révèle Havas France, dans sa dernière étude - menée auprès d’un panel de 4000 consommateurs (18 ans et plus) en France, en Chine et aux Etats-Unis. Face à cette situation, une solution sera présentée au prochain Paris Retail Week : mettre de côté le parcours d’achat, pour laisser place au parcours de vie ! « Les consommateurs nous disent qu’ils sont de plus en plus pressés par leur quotidien, et donc, qu’ils souhaiteraient écourter le temps qu’ils consacrent à faire leurs achats en magasin, pour le passer chez eux, précise le Directeur Général Adjoint. Grâce au e-commerce et aux réseaux sociaux, les frontières entre le domicile, le magasin, le temps de travail, ne sont plus ! »

Aujourd’hui, le consommateur a besoin de plus de flexibilité. Il faut que le magasin physique s’adapte à ce dernier. En effet, si 74 % des Français sondés veulent être libres de pouvoir faire un achat à tout moment, où qu’ils soient (transports en commun, travail, domicile, activités extra-professionnelles, etc.), 71 % d’entre eux estiment que les magasins physiques font des efforts pour s’adapter à leur rythme de vie. Parmi les alternatives qui seront proposées en septembre prochain, « la priorité est naturellement donnée à la proximité. L’objectif est d’être là où le besoin est en train de naître. La livraison, par exemple, sera le nouveau terrain d’affrontements des marques : comment les marques vont raccourcir le temps de livraison, et se rapprocher géographiquement ? », indique David Mingeon. Autre alternative possible : le conversationnel au travers des assistants vocaux. 2018, marque, en effet, pour la France, l’an un du conversationnel. Google Home et Apple Home Pod sont à peine sur le marché, qu’ils sont déjà dans l’esprit des Français ! En effet, 57 % d’entre eux pensent que les assistants conversationnels vont rendre leur vie plus facile et 28 % d’entre eux comptent même en acheter un, dans les prochains mois. Cette technologie promet de se déployer, assez rapidement, sur notre marché et représente un véritable enjeu pour les retailers. « Grâce aux assistants conversationnels, le consommateur pourra effectuer ses achats sans se prendre la tête. Nous estimons d’ailleurs que, d’ici 2020, 50 % des recherches ne se feront plus par clavier, mais par la voix. Les codes du bon référencement vont certainement changer : les mots-clés n’existeront plus puisque le client va dicter ce qu’il désire. », ajoute le Directeur.

L’éthique à tout prix !

Consommer tue ! BASF, Samsung, Findus, ou encore Lactalis… Ces nombreux scandales ont complètement changé la vision des Français sur leur consommation. La peur “des toxiques” pousse les consommateurs à traquer le sucre “en trop”, les additifs, les produits carnés, les ondes ou encore la luminosité… Désormais, l’éthique prime, et de ce fait, chaque acte d’achat est réfléchi par le consommateur. Ce changement pousse les retailers à transformer leur offre en quelque chose de différentiel, qui rime avec santé, environnement, bien-être animal. Souvent, la technologie est une solution. « Tesco, met, par exemple, à disposition le savety bag, qui est le premier sac qui soit capable de capturer les résidus de pesticides de vos fruits et de vos légumes. Memphis Meat propose pour les consommateurs qui défendent la cause animale, une alternative à l’abattoir : des steaks fabriqués en laboratoire, à partir de cellules souches. Beauty Pie a, quant à lui, développé le modèle retail à la Netflix. Le consommateur paye un abonnement de dix dollars par mois, pour avoir accès aux fabricants et aux producteurs de ses produits cosmétiques. », souligne David Mingeon. En somme, beaucoup de nouvelles façons de développer son commerce. Lors de la prochaine Paris Retail Week, les retailers pourront s’imprégner de ce nouveau concept, grâce aux conférences qui s’y tiendront et aux exposants qui s’y rendront.

Scary Data ?

Avec la récente application de la RGPD (Règlement général sur l’application des données), la data sera au centre de tous les intérêts de cette quatrième édition de la Paris Retail Week. La data est présente dans chacun de nos gestes quotidiens. Chaque jour, nous générons 2,5 trillions d’octets de données. Pour les marques et les enseignes, la data est un vrai carburant pour le commerce. Chez les consommateurs, l’utilisation de celle-ci n’est pas toujours bien perçue : 81 % des sondés se sentent, par exemple, de plus en plus espionnés. Seuls 24 % des Français disent fournir des données personnelles, sans se poser de question. En effet, certaines méthodes utilisées par les retailers peuvent sembler intrusives aux yeux du consommateur. Et ce, même si l’objectif est de lui simplifier la vie.  « Par exemple, si vous regardez le plafond du magasin physique d’Amazon Go, vous observerez des caméras thermiques, infrarouges, ou encore, à reconnaissance d’objets, capables de détecter les mouvements des consommateurs en magasin. La start-up Face Note propose, quant à elle, un système de reconnaissance faciale. Le client se prend en selfie et toutes les informations relatives à sa consommation seront transmises au vendeur, afin qu’il soit accueilli de manière extrêmement privilégiée », conclut le Directeur Général Adjoint, chez Havas France. l