20190107 welcome
20181030 interzun guangzhou
20180410 bricoscopie logo 20180410 jardiscopie logo 20180410 negocescopie logo

Artibat 2018 : Un salon qui booste l’innovation !

Écrit par Laurent Feneau Le 10 janvier 2019. Rubrique France

20190110 artibat

Avec près de 40 000 visiteurs, Artibat consolide en 2018 son statut d’événement de référence auprès des professionnels du bâtiment et de la construction.

La 16e édition du salon Artibat s’est clôturée à Rennes le 27 octobre dernier au terme de trois jours de rencontres, de rendez-vous d’affaires et d’échanges de qualité. Véritable rendez-vous fédérateur et mobilisateur, l’événement se révèle effectivement une fois encore cette année comme le lieu de rencontre des start-ups, artisans, industriels et architectes venus anticiper et construire ensemble l’avenir de la filière. Les quelque 1 064 exposants de cette édition, qu’ils soient industriels (voir encadré) ou distributeurs, affichent ainsi clairement leur satisfaction. « 2016 avait vu s’envoler la fréquentation du salon et cette édition parvient à maintenir le même niveau de visitorat, ce qui constitue un véritable tour de force… En ce qui nous concerne, la manifestation nous permet de prendre de nombreux contacts avec des porteurs de projets et d’asseoir nos ventes, notamment sur le bois », explique ainsi Tugdual de Parscau, Ingénieur Bureau Etudes Tanguy Matériaux.

Business, convivialité et innovations

Le succès est double, car une fois encore l’événement parvient à faire rimer business et détente. « Pari gagné, Artibat est parvenu à fédérer l’ensemble des acteurs de la filière, les uns venus rencontrer des prospects et les autres concrétiser une relation d’affaires. Ce succès est une belle récompense pour toute l’équipe organisatrice. D’autant que proximité et convivialité participent pleinement de la réussite de cette édition », confirme Valérie Sfartz, Directrice du salon.
Artibat met par ailleurs en évidence cette année de nouvelles perspectives d’innovation pour l’ensemble du secteur du bâtiment, via notamment deux temps forts du salon : le CIRQ et l’Entreprise Augmentée. En effet, comme l’ensemble des secteurs de l’économie, celui du bâtiment et de la construction innove, se digitalise et est en recherche permanente de nouvelles solutions. Or s’il est un domaine où les “têtes chercheuses” des start-ups peuvent mettre à profit leur créativité et aller à la rencontre de leur marché, c’est bien celui-là. C’est à partir de ce constat qu’est née l’idée du dispositif CIRQ. L’initiative de sa création revient à deux des acteurs importants de la filière construction dans l’ouest : le salon Artibat, et Novabuild, cluster du BTP en Pays de la Loire. Après un premier succès en 2016 (Hub Innovation & Construction), les deux structures poursuivent leur collaboration. Grâce au CIRQ, la 16e édition du salon met ainsi en lumière 15 projets de start-ups pour explorer de nouvelles pistes et identifier les solutions innovantes et techniques de la filière. Deux de ces projets sont cette année récompensés par le jury : Terra Innova, un service de valorisation agro-écologique des terres de chantiers et Emoko, plateforme web transformant automatiquement les modèles 3D issus des logiciels de conception d’architectes en expériences immersives en temps réel.

Bâtiment : des perspectives pour 2019 !

Autre temps fort et autre expérience immersive, celle proposée par l’Entreprise Augmentée. Soit 400 mètres carrés de salon mettant en scène un concentré de solutions proposées par les secteurs connexes au bâtiment et qui, via leurs innovations, peuvent participer de la performance des acteurs de la filière du BTP. Exemple avec Eyesistance, solutions digitales applicables aux EPI pour augmenter la sécurité et l’efficacité du professionnel ou encore Sharemat, plateforme de gestion collaborative permettant d’optimiser la rentabilité du parc d’équipement d’un chantier.
Artibat donne ainsi des perspectives réelles et sérieuses à un secteur du bâtiment qui en a bien besoin. Rappelons ainsi que sur sept mois, à fin juillet 2018, les permis et mises en chantiers de logements diminuent ainsi respectivement de 7,5 % et de 3,4 %. Fort heureusement, d’autres indicateurs sont clairement au vert. Les surfaces autorisées et commencées enregistrent par exemple une hausse respective de 4,2 % et 13,8 % sur la même période. Pas de quoi crier au loup donc, d’autant que du côté de la Confédération de l’Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment (CAPEB), la tendance perçue est elle aussi plutôt positive. Les entreprises artisanales du bâtiment enregistrent effectivement au second trimestre 2018 une croissance plus importante qu’en début d’année, avec une activité globale qui progresse de 3,5 % en volume. « L’heure est ainsi à l’optimisme », pour Michel Brochu, Président de la CAPEB Pays de Loire. Et ce dernier de conclure : « le devenir de nos métiers nous appartient. A condition d’observer les changements de société et de nous adapter ». A méditer…•

20181210 aod1