20190927 Paysalia
20180410 bricoscopie logo 20180410 jardiscopie logo 20180410 negocescopie logo

Mondial du Bâtiment 2019 : Profession en ébullition

Écrit par Deborah Koslowski Le 14 mars 2019. Rubrique France

20190312 batimat 2019

La nouvelle édition du rassemblement biennal qui regroupe les salons Batimat, Idéobain, et Interclima, se déroulera du 4 au 8 novembre prochain, à Paris-Nord Villepinte. Les cruciaux enjeux d’évolution pour la filière Bâtiment et Construction, en pleine mutation, y seront largement abordés.

Le monde bouge. Tout va très vite. Internet gagne du terrain. L’adoption de modes de vie plus respectueux de l’environnement, neutres en carbone et soutenables pour les ressources se fait de plus en plus urgente. « Les perspectives à l’horizon 2020, sur le marché du neuf, sont plutôt engagées vers un certain nombre d’évolutions. Sur le secteur de la rénovation, tertiaire comme résidentielle, en revanche, il reste un important boulevard d’opportunités », estime Guillaume Loizeaud, Directeur de la Division Construction pour Reed Expositions France. Les modes de vie et de travail ne sont plus les mêmes : le co-living et le co-working, notamment, se développent, poussant les professionnels à repenser les fonctions et les usages des bâtiments. Les consommateurs se recentrent, par ailleurs, sur l’usage et la quantité consommée, plutôt que sur la possession à vie. La lutte contre le mal-logement (qui représenterait “4 millions de ménages”), ainsi que le besoin de cohésion sociale passant par le triptyque services/loisirs/emplois, sont également des sujets cruciaux. Autant d’enjeux majeurs qui ont poussé les organisateurs à choisir, pour ce 32e Mondial du Bâtiment (qui rassemble les salons Batimat, Idéobain et Interclima), le fil rouge de : « Bâtiment, ville et territoire au centre des transformations sociétales des 10 prochaines années ».

“CES du bâtiment”

Jacques Chanut, Président de la Fédération Française du Bâtiment (FFB), considère, de son côté, que « le monde du Bâtiment et de la Construction est au cœur des réponses à apporter » à ces bouleversements sociaux, écologique et numérique.  « BIM, et plus généralement intelligence artificielle, sont des enjeux importants. Il est primordial que nos entreprises soient actrices de ces approches et ne les subissent pas, afin de pouvoir garder la maîtrise de leurs chantiers. Il ne faut pas se voiler la face : c’est une question d’indépendance, face aux GAFA, notamment, qui pourraient nous évincer ». Qu’à cela ne tienne. C’est main dans la main avec le Gimélec (Groupement des industries de l’équipement électrique, du contrôle-commande et services associés) que Reed Expositions (qui, pour l’heure, a vendu 60 % de ses espaces) a conçu Construction Tech. Grand de 4 500 m2, ce nouvel espace centrale - situé au sein de Batimat, dans l’inter-passage des halls 5A et 6 - a, justement, pour vocation de mettre en lumière et d’expliquer ces « technologies qui existent, se développent et rendent service au concepteur du bâtiment, à son exploitant, et à son occupant », détaille Antoine de Fleurieu, Délégué Général du Gimélec. Plus de 110 start-ups ont d’ores et déjà répondu présentes, s’inscrivant à ce que Guillaume Loizeaud nomme, avec beaucoup de déférence :
« le petit CES du Bâtiment ».
De nouveaux usages et outils - à l’instar des imprimantes 3D, robots, ou drones - réunis en un même endroit pour simplifier le parcours visiteur. Informer le visitorat de la filière quant à ces nouveaux usages est, en effet, le meilleur moyen de le sensibiliser à l’évolution de sa profession…

Emploi et formation

Plus empreints de nouvelles technologies et sophistiqués que jamais pour répondre aux besoins de confort et d’ergonomie des consommateurs, les produits sont de moins en moins instinctifs à poser. « La filière s’est rendu compte, peut-être tardivement, d’un déficit de formation des installateurs. Formation qui est devenue un enjeu pour toute la profession », déclare Hubert Maître, Secrétaire Général de l’AFISB, corroborant la pensée du Président de la FFB. Selon celui-ci, « l’un des freins au développement des affaires du secteur est, actuellement, le manque de personnel qualifié ». Il déplore, par ailleurs,
“la précarité” du statut d’auto-entrepreneur dans la filière. Aussi, dès l’entrée du salon, un pôle métier aura pour ambition d’accueillir jeunes (et moins jeunes), hommes et femmes : formations, métiers et besoins de recrutements y seront valorisés. Les Compagnons du Devoir, eux, y feront des démonstrations. Le vendredi 8 novembre sera, par ailleurs, la journée allouée à l’emploi.

Rassemblement convivial

En outre de tous ces aménagements d’espace, qui - au fond - n’ont rien changé à la sectorisation préalablement établie et doivent permettre d’accompagner la filière sur les sinueuses routes de l’évolution, de nombreuses conférences et animations vont avoir lieu. Des représentants parmi les Meilleurs Artisans de France, avec RMC, animeront également des ateliers ainsi qu’une master class : l’occasion d’assister à quelques démonstrations. La webradio dédiée au secteur du bâtiment, Batiradio, sera également présente au rendez-vous.
Echanges, partage, formations… Pour permettre à tous les visiteurs attendus de participer à cet événement majeur, l’organisation leur a simplifié le trajet : 3 rames de TGV, partant des villes de Bordeaux, Marseille et Lyon, ont été mobilisées ; ainsi que 100 bus au départ des régions. 200 navettes partant des gares de Paris permettront, par ailleurs, de rejoindre le parc des expositions de Paris-Nord Villepinte.•