Chaudière à condensation : avantages, inconvénients et coûts

4.2/5 - (134 votes)

La demande de chaudières gaz à condensation est toujours importante. La croissance des ventes de ces dernières années s’est faite au détriment des chauffages au mazout et des chaudières à gaz au standard de pouvoir calorifique dépassé. Dans cet article, vous pourrez déterminer si une chaudière gaz à condensation est envisageable pour vous et à quoi vous devez faire attention lors de l’achat.

🌱 ÉcologieBon bilan CO2 pour gaz/biogaz, meilleur pour pellets
💼 Coûts d’installationGaz et mazout moins chers, pellets plus élevés
🔄 TechnologieUtilisation efficace de l’énergie grâce à la condensation
🔌 RaccordementNécessaire pour gaz, stockage pour mazout/pellets
🌞 Énergies renouvelablesCombinable, surtout avec solaire ou pompe à chaleur
📉 RentabilitéÉconomies jusqu’à 30% sur coûts énergétiques
🏠 ApplicationConvient à la rénovation et aux nouvelles constructions
💡 Combinaison avec énergies renouvelablesPossible, augmente l’efficacité
🚫 InconvénientsCoûts initiaux élevés, dépendance aux combustibles fossiles
💰 SubventionsDisponibles pour certaines combinaisons écologiques

Le chauffage au gaz à condensation est-il fait pour vous ?

chaudière à condensation

Les chaudières gaz à condensation séduisent par leur technique efficace, leur confort d’utilisation et, jusqu’à l’augmentation du prix du gaz, une rentabilité élevée était garantie à l’achat et à l’utilisation. Cependant, le marché évolue et les énergies renouvelables gagnent du terrain. Une chaudière gaz à condensation est-elle encore rentable dans votre cas ?

Chauffage à condensation au gaz, au bois ou au fioul ?

Vous avez la possibilité de vous raccorder au gaz ? Le chauffage au gaz est alors une variante. En effet, vous n’avez pas besoin de stocker le combustible et les appareils sont relativement bon marché.

Sans raccordement au gaz, vous avez besoin d’une citerne de gaz liquide pour utiliser une chaudière à gaz à condensation.

Du point de vue de l’écologie, le chauffage à condensation au gaz peut égaler la chaudière à condensation au bois : Le réseau d’approvisionnement en gaz est également adapté au biogaz issu de sources renouvelables.

Vous pouvez opter pour la chaudière à bois à condensation si vous souhaitez chauffer avec un bilan d’émissions quasi neutre. Toutefois, la pompe à chaleur est généralement une meilleure alternative, plus respectueuse de l’environnement.

Une nouvelle chaudière à mazout à condensation s’adresse surtout aux habitants qui se chauffent déjà au mazout : ils n’ont pas de raccordement au gaz, ne peuvent pas passer au gaz liquide ou utiliser des énergies renouvelables. Dans la plupart des cas, il est toutefois recommandé de passer du mazout à un autre mode de chauffage plus durable, comme la pompe à chaleur, qui permet de réduire les coûts de chauffage.

A lire également :  Présentation de Brikawood : Avis et Prix

Si vous ne voulez ou ne pouvez pas renoncer à votre chaudière gaz à condensation, vous pouvez la combiner avec la pompe à chaleur en tant que chauffage dit hybride. Cela rend votre système de chauffage plus écologique. Cependant, vous devez savoir qu’une telle combinaison n’est généralement pas nécessaire, car la pompe à chaleur chauffe de manière fiable toute l’année, même sans assistance, et est équipée d’une résistance électrique de réserve en cas d’urgence.

En cas de combinaison de la chaudière gaz à condensation avec des énergies renouvelables, seul le générateur de chaleur renouvelable est subventionné. Vous trouverez des informations actualisées sur les aides financières pour le chauffage dans notre article de conseils.

Condensation gaz dans l’existant versus construction neuve

Les chaudières gaz à condensation sont souvent utilisées, surtout dans les constructions existantes. Dans certains cas, le remplacement de l’ancien chauffage au gaz n’est même plus une question de volonté : la loi sur les énergies renouvelables prévoit ainsi une obligation de remplacement pour certains chauffages. Nous vous conseillons de le faire : Agissez à temps et préparez le passage à un chauffage à condensation au gaz ou aux énergies renouvelables. Vous pourrez ainsi vous informer suffisamment sur vos possibilités et trouver un installateur qui vous conseillera de manière professionnelle lors de votre décision.

Dans les nouvelles constructions, les maîtres d’ouvrage sont désormais plus nombreux à choisir une pompe à chaleur moderne qu’une chaudière gaz à condensation. Dans une nouvelle maison, vous êtes légalement tenu d’utiliser au moins une partie des énergies renouvelables. Si vous souhaitez absolument vous chauffer au gaz, vous devez par exemple compléter avec une installation solaire thermique.

Chaudières gaz à condensation : un principe éprouvé dans une mise en œuvre moderne

chaudières gaz à condensation

Les détails techniques font que les appareils équipés de la technique de condensation sont supérieurs aux anciennes chaudières sur tous les aspects de l’efficacité. Vous souhaitez en savoir plus sur le principe de fonctionnement de la technique de condensation ? Alors jetez un coup d’œil à notre article « Condensation et pouvoir calorifique ».

La technique de condensation est une évolution logique de la technique basse température. En effet, les chauffages répondant à l’ancien standard laissent s’échapper la vapeur d’eau à haute température par la cheminée. Les chaudières à condensation disposent en revanche d’une deuxième étape de processus. Dans celle-ci, la vapeur d’eau se refroidit et peut transmettre son énergie thermique à l’eau de chauffage. L’augmentation maximale du rendement énergétique ainsi possible – également connue sous le nom d’effet de condensation – se situe par exemple entre 9 et 11% pour le gaz.

Il existe aujourd’hui deux versions techniques différentes de la chaudière gaz à condensation : les chaudières indépendantes de la température de retour et les chaudières dépendantes de la température de retour. Elles se distinguent par leur aptitude à être utilisées pour différentes surfaces de chauffage.

Chaudières indépendantes de la température de retour

Cette variante utilise des températures de départ et de retour relativement élevées, au niveau du chauffage basse température, c’est-à-dire autour de 65°C. Elle convient donc bien si vous souhaitez continuer à vous chauffer au gaz et utiliser vos radiateurs traditionnels déjà en place.

A lire également :  Comment choisir un climatiseur mobile ?

Le système utilise les gaz de combustion chauds pour préchauffer l’eau de chauffage. Le brûleur amène ensuite celle-ci à la température cible. Les gaz de combustion passent dans un échangeur de chaleur. Là, ils continuent à refroidir et à se condenser. L’énergie est alors transférée à l’air frais qui est amené dans la chambre de combustion. Cela contribue également à augmenter le rendement énergétique.

Chaudières dépendant de la température de retour

Les chaudières dépendantes de la température de retour suivent un principe différent. La chaleur des gaz de combustion n’est pas transmise à l’air de combustion, mais uniquement directement à l’eau de chauffage. Cela ne fonctionne que pour des températures de départ basses, inférieures à 50°C. De telles températures sont possibles avec les chauffages de surface plus généreusement dimensionnés dans les murs, le sol ou le plafond.

Dans les chaudières gaz à condensation à température de retour, l’eau de chauffage traverse également un échangeur de chaleur dans lequel elle absorbe la chaleur des gaz de combustion. Ainsi préchauffée, l’eau a ensuite besoin de moins d’énergie de la chaudière pour atteindre la température de départ.

Particulièrement important pour ce type de chauffage gaz à condensation : le chauffagiste doit concevoir le système avec le plus grand soin. Ce n’est qu’ainsi que les températures de retour seront durablement basses et que l’effet de condensation pourra s’installer. Le meilleur moyen d’y parvenir est de construire un bâtiment neuf.

Avantages et inconvénients d’une chaudière gaz à condensation

Les chaudières gaz à condensation sont efficaces et les coûts d’achat et d’installation sont faibles. C’est pourquoi on les trouve souvent dans les bâtiments anciens.

Mais la chaudière gaz à condensation n’a pas que des avantages. Sur le chemin d’un nouveau chauffage pour une ancienne ou une nouvelle construction, vous devez toujours, en tant que propriétaire, faire la part des choses entre vos différentes exigences. Nous avons donc rassemblé pour vous les avantages et les inconvénients des chaudières gaz à condensation.

AvantagesInconvénients
Technique fiable et sophistiquéeCombustion de matières premières fossiles et émissions associées
Grande expérience des entreprises spécialisées dans le chauffage pour la planification, l’installation et l’entretien Dépendance des importations de matières premières
Chauffage peu encombrant (en cas de raccordement au gaz, même sans dépôt de combustible)Évolution à la hausse du prix du gaz
Utilisable aussi bien avec un chauffage au sol qu’avec des radiateurs classiquesNon subventionné par l’État
Combinaison possible avec le solaire thermique ou la pompe à chaleurRaccordement au gaz ou citerne de gaz liquide nécessaire

Une plus grande efficacité

La plupart du temps, le passage d’un ancien chauffage au gaz ou au fioul à la technique gaz à condensation apporte plus que les 9 à 11% d’augmentation de l’efficacité mentionnés plus haut et résultant de l’effet de condensation. Après tout, la technique a subi de nombreuses boucles d’optimisation. Elle est déjà nettement supérieure aux appareils plus anciens sans tenir compte de l’effet de condensation. Si l’on ajoute à cela les possibilités de contrôle étendues, on obtient des gains d’efficacité pouvant atteindre 30 %.

A lire également :  Rénovation énergétique : comment optimiser le rendement de sa maison ?

Une technologie éprouvée

La technique de condensation éprouvée présente certains avantages dans la pratique. Ceux-ci sont indéniables : Les professionnels du chauffage n’ont probablement pas accumulé autant d’expérience avec une autre technologie de chauffage qu’avec les chauffages au gaz et au fioul. La planification, l’installation et l’entretien d’un chauffage au gaz sont une routine absolue pour les entreprises spécialisées.

Comme tout type de chauffage, le chauffage au gaz à condensation présente toutefois des inconvénients : Avec lui, vous optez pour l’utilisation de matières premières fossiles. Cela signifie qu’il est impossible d’éviter les émissions dues au processus de combustion. De plus, ils sont dépendants des évolutions sur le marché international de l’approvisionnement et donc d’une évolution incertaine à la hausse des prix.

Ce qu’il faut savoir pour ceux qui passent à la chaudière gaz à condensation

Lorsqu’ils examinent l’offre de leur expert en chauffage pour le passage à une nouvelle chaudière gaz à condensation, de nombreux rénovateurs ont une surprise : le nouveau chauffage dispose en général d’une puissance nominale nettement inférieure à celle de l’ancienne chaudière.

Cela s’explique par le fait que les chauffagistes disposent aujourd’hui de méthodes plus précises pour le dimensionnement. Les marges de sécurité peuvent donc désormais être plus faibles. Cela permet de réduire le montant de l’investissement et d’améliorer la durabilité du chauffage. En effet, une chaudière conçue de manière optimale fonctionne de manière plus régulière, ce qui permet de ménager les matériaux et de réduire les pertes.

Avez-vous entre-temps augmenté l’efficacité énergétique de votre bien immobilier par des mesures de construction ? Par exemple en améliorant l’isolation de la façade ou du toit ou en installant des fenêtres de meilleure qualité. Dans ce cas également, vous pouvez choisir une classe de puissance inférieure.

En revanche, les coûts des composants périphériques et du montage dépendent moins de la puissance nominale. Pour vous donner une image complète, nous avons résumé ici un exemple d’offre complète d’un installateur de chauffage pour le passage de la technique de chauffage à la technique de condensation au gaz.

Coûts d’achat et d’installation d’une chaudière gaz à condensation

PosteCoûts
Chaudière gaz à condensation (13,5 kW pour départ/retour (80/60°C) avec ballon)à partir de 4.800 euros
Pompes, robinetterie et accessoires700 Euros
Module de communication avec interface réseau200 Euros
Système d’évacuation des fumées avec raccordement de condensat600 Euros
Démontage et montage3.000 Euros
Raccordement électrique500 Euros
Remplissage de l’installation400 Euros
Equilibrage hydraulique avec accessoires800 Euros
Total11 070 Euros

Il s’agit de valeurs approximatives qui peuvent varier fortement en fonction de la situation architecturale et de l’offre. Cette liste comprend le matériel et les coûts de main-d’œuvre pour le passage complet d’un ancien chauffage au gaz à une nouvelle chaudière à gaz à condensation fonctionnant au gaz naturel. Elle comprend également l’adaptation de la cheminée pour les basses températures de gaz d’échappement ainsi que de nouveaux thermostats de radiateur. Le chauffagiste les installe souvent dans le cadre d’un équilibrage hydraulique.

Attention : le matériel de raccordement et la robinetterie peuvent varier en fonction de la complexité du système de chauffage. Par exemple, les circuits de chauffage d’un chauffage au sol ou d’une installation solaire thermique entraînent des dépenses supplémentaires.

Vous passez également d’un chauffage au mazout ? Dans ce cas, vous devez prévoir 5.000 euros supplémentaires pour le démontage et l’élimination de la cuve à mazout. En outre, les coûts de raccordement au gaz peuvent également varier fortement en fonction du lieu.

Comparaison des coûts du gaz et de la pompe à chaleur

Si vous en avez la possibilité, vous devriez réfléchir à la pompe à chaleur comme mode de chauffage alternatif. En effet, vous ne brûlez pas de combustibles fossiles et vous êtes indépendant de l’évolution de leur prix. Que ce soit dans une nouvelle construction ou dans un bâtiment existant, la pompe à chaleur fonctionne généralement de manière fiable et efficace. Un professionnel du chauffage est le mieux placé pour évaluer votre situation et vous conseiller sur les différentes possibilités.

Vous trouverez ici une comparaison des coûts calculés sur 10 ans. Nous avons choisi comme exemple une pompe à chaleur air/eau. Comme vous pouvez le constater, la différence est limitée.

PosteChauffage à condensation gazPompe à chaleur air/eau
Prix d’achat de l’appareil de chauffage6 000 Euros20 000 Euros
Montage et mise en service, y compris évacuation des fumées (si nécessaire)5 000 Euros3 500 Euros
Frais de chauffage1 500 Euros820 Euros
Maintenance et entretien400 euros/an250 euros/an
Coût total sur 10 ans30 000 Euros34 200 Euros

La chaudière à gaz à condensation est-elle rentable ?

Les faibles montants d’investissement et les frais d’exploitation réduits grâce à une technique éprouvée ont longtemps plaidé en faveur du chauffage au gaz avec la technique de condensation. De plus, l’extension progressive du réseau permet à de plus en plus de ménages d’être raccordés à l’alimentation en gaz à un prix avantageux.

De nombreux rénovateurs et maîtres d’ouvrage ont donc utilisé le gaz. Les premiers sont passés de plus en plus du pétrole au gaz comme combustible ou ont remplacé un chauffage au gaz obsolète par un chauffage moderne. Pour de nombreux maîtres d’ouvrage, l’attention se porte désormais sur les énergies renouvelables en raison de l’évolution croissante des prix des combustibles fossiles et dans la perspective du changement climatique. La pompe à chaleur en particulier, utilisée comme seul générateur de chaleur, est une option populaire et efficace qui a déjà fait son entrée dans de nombreuses maisons. Elle ne convainc pas seulement par son fonctionnement écologique, mais ménage également votre porte-monnaie grâce à ses faibles coûts de chauffage. 

Vu sur

JDN
Batimat

Nous contacter ?