Comment réaliser une consignation électrique en cinq étapes ?

5/5 - (117 votes)

La consignation électrique est une procédure cruciale pour la sécurité lors de toute intervention sur des installations ou circuits électriques. Elle est encadrée par la norme NFC 18-510 et vise à prévenir tout accident en coupant l’alimentation électrique de la zone concernée. Voici un aperçu des cinq étapes clés de la consignation électrique, avec un accent sur la préparation en amont de ces étapes pour garantir une intervention sûre et efficace.

Les 5 étapes de la consignation électrique

électricien travaillant dans un tableau électrique avec des fusibles

Avant de commencer le processus de consignation, une préparation minutieuse est indispensable. Cette phase préparatoire comprend :

  • Identification précise de l’ouvrage ou de l’installation électrique : Connaître exactement l’emplacement des travaux et la configuration des tableaux électriques est primordial.
  • Collecte de documents et de plans : Rassembler des schémas et des plans d’implantation détaillés est essentiel pour avoir une vision claire de la zone de travail.
  • Compilation des documents nécessaires à la consignation : Assurer la disponibilité de tous les documents requis pour la consignation, tels que les procédures de sécurité, les instructions de travail, etc.
  • Moyens de repérage sur place : Utiliser des marqueurs, des étiquettes ou tout autre moyen de repérage pour identifier clairement les zones et les équipements concernés par la consignation.

Étape 1 : Séparation

La séparation est l’action initiale et fondamentale du processus de consignation. Elle consiste à :

  • Isoler complètement l’équipement de toutes sources de tension.
  • Utiliser un disjoncteur ou un sectionneur pour la mise hors tension.
  • S’assurer que la séparation est effectuée de manière sûre et fiable.
A lire également :  Comment ouvrir une porte bloquée ?

Les méthodes de séparation peuvent inclure :

  • Observation directe des organes séparés.
  • Retrait des pièces de contact comme les fusibles.
  • Mise en place d’écrans isolants.
  • Utilisation d’organes de coupure comme les sectionneurs.
  • Asservissement ou télécommande pour la séparation à distance.

Étape 2 : Condamnation

La deuxième étape, la condamnation, vise à sécuriser l’installation en empêchant toute réactivation accidentelle. Elle se traduit par : 

  • Le blocage mécanique de l’organe de coupure, par exemple avec un cadenas.
  • La signalisation claire de la condamnation, comme des pancartes ou inscriptions.

En cas d’impossibilité de condamner mécaniquement, on peut envisager :

  • La déconnexion des conducteurs comme alternative.

Étape 3 : Identification

L’identification, troisième phase de la consignation, consiste à marquer clairement l’installation ou l’ouvrage sur lequel les travaux doivent être effectués. Cette étape implique la vérification que l’installation mise hors tension est bien celle concernée par les travaux. Différents contrôles sont réalisés pour assurer une identification précise, notamment : 

  • La consultation de schémas et plans pour vérifier l’installation concernée.
  • La connaissance des ouvrages et installations électriques.
  • Un contrôle visuel lorsque les conducteurs sont suivis de façon certaine.

Étape 4 : Vérification d’Absence de Tension (VAT)

La VAT est une étape fondamentale qui consiste à s’assurer de l’absence de tension sur la zone de travail. Cette vérification doit être effectuée avec un appareil dédié et normé, conformément à la norme NF EN 61243. Il est essentiel d’utiliser un détecteur de tension normalisé pour cette étape et de s’abstenir de recourir à des multimètres ou autres contrôleurs universels, qui ne sont pas adaptés et pourraient conduire à des erreurs.

A lire également :  Pieuvre électrique : Principe, avantages et prix

Étape 5 : Mise À La Terre et en Court-Circuit (MALT/CC)

Après la VAT, la MALT/CC est réalisée pour protéger contre toute réalimentation accidentelle. Cette étape implique la mise à la terre et la mise en court-circuit de tous les conducteurs actifs. Elle est particulièrement importante pour garantir la sécurité des travailleurs. La MALT/CC doit être effectuée des deux côtés de la zone de travail. Elle est normée et les dispositifs utilisés doivent être conçus pour supporter un courant de court-circuit significatif. Dans certaines conditions spécifiques en basse tension, cette étape peut ne pas être nécessaire.

Quels sont les risques lors d’une consignation électrique ?

Lorsqu’il s’agit de travailler avec des installations électriques, la compréhension et la prévention des risques sont essentielles pour assurer la sécurité lors des interventions. Deux dangers majeurs sont à souligner : le choc électrique et le coup d’arc, chacun avec ses spécificités et conséquences potentielles.

Le choc électrique

Le choc électrique se produit lorsque le corps humain entre en contact avec un câble électrique et devient un conducteur d’électricité. La gravité du choc dépend de l’intensité du courant traversant le corps. Cela varie de picotements légers à des spasmes musculaires, voire à un arrêt cardiaque ou des brûlures graves pour les intensités les plus élevées. Il est important de distinguer l’électrisation, qui peut avoir des conséquences allant de bénignes à graves, de l’électrocution, qui est fatale.

Le coup d’arc électrique

Moins fréquent mais tout aussi dangereux, l’arc électrique est un courant qui traverse l’air suite à l’ionisation, un processus où un atome ou une molécule perd ou gagne des charges électriques. Ce phénomène peut créer une explosion dévastatrice, générant des températures extrêmement élevées et un souffle puissant. Les conséquences pour l’homme peuvent être sévères, allant de brûlures à des dommages auditifs ou visuels.

A lire également :  Comment poser et raccorder un receveur de douche ?

Prévention et protection

La prévention est clé dans le travail électrique. L’utilisation d’équipements de protection individuelle est essentielle, notamment des lunettes de sécurité pour se protéger des effets néfastes des arcs électriques. De plus, la connaissance précise des procédures de sécurité, comme la consignation électrique, est cruciale pour minimiser les risques d’accidents.

La prise de conscience des dangers inhérents aux travaux électriques et l’adoption de mesures de sécurité rigoureuses sont essentielles pour garantir la sécurité des professionnels de l’électricité et éviter des accidents potentiellement mortels.

Vu sur

JDN
Batimat

Nous contacter ?