Le système de faîtage à sec : pourquoi opter pour cette solution pour votre toit ?

4.5/5 - (170 votes)

Les tuiles de faîtage et d’arêtier courent sur le sommet de la toiture, offrant une finition parfaite et propre à la toiture. Il est donc essentiel qu’elles soient installées en toute sécurité. Pendant longtemps, les couvreurs ont utilisé la méthode traditionnelle du mortier de sable et de ciment pour fixer les tuiles de faîtage et d’arêtier sur les toits.

Cependant, les systèmes de faîtage à sec sont devenus populaires ces dernières années en tant que méthode alternative pour réaliser le travail. La question qui se pose est la suivante : Les systèmes de faîtage à sec sont-ils efficaces ? La réponse est simple : oui, la fixation à sec des faîtières est une excellente solution.

Lisez la suite pour tout savoir sur les systèmes de faîtage à sec, leurs coûts et leurs avantages, ainsi que les tenants et les aboutissants du processus d’installation du faîtage à sec.

Qu’est-ce qu’un système de faîtage à sec ?

système de faîtage à sec

Un système de faîtage à sec consiste simplement à fixer les tuiles de faîtage et d’arêtier à un toit sans sable ni mortier de ciment, mais à l’aide de vis et de colliers, qui fixent chaque tuile de faîtage au toit, avec des raccords étanches sous les vis pour détourner l’eau de la jonction.

L’une des formes les plus populaires de systèmes de faîtage à sec est le système de faîtage à sec en rouleau. Le rouleau de faîtage est posé le long du faîtage avant que les tuiles faîtières ne soient installées, afin de fournir une surface sur laquelle raccorder les tuiles faîtières.

A lire également :  Isolant XPS : fonctionnement, avantages, inconvénients et coûts

Le système de faîtage déroulé assure la ventilation à travers le rouleau de la membrane, tout en créant un faîtage étanche à l’eau et aux intempéries.

Système de faîtage à sec ou mortier

Contrairement à un système de faîtage à sec contemporain, la méthode plus traditionnelle à base de sable et de ciment présente un certain nombre de problèmes.

Tout d’abord, l’utilisation de mortier pour fixer les tuiles de faîtage prend non seulement beaucoup de temps, mais le mortier se fissure souvent et se détache avec le temps. Cela est dû en partie aux fluctuations de température et aux conditions météorologiques, ce qui rend le faîtage instable et l’expose aux intempéries.

De plus, les tuiles faîtières fixées au mortier nécessitent un entretien régulier pour éviter qu’elles ne se détachent et ne tombent.

Coût d’un système de faîtage à sec

Si vous envisagez d’acheter un système de faîtage à sec et de le faire installer par des professionnels, vous devez être prêt à débourser entre 50 et 60 euros par mètre. Pour une maison jumelée typique, le total s’élèverait à environ 275 € pour un système de faîtage sec standard, qui nécessite normalement environ 5 mètres d’arêtiers.

En revanche, un système d’arêtier sec peut vous coûter environ 770 €, car il nécessite jusqu’à 14 mètres d’arêtiers. Cela dit, vous n’aurez probablement besoin d’un tel système que si votre toit comporte au moins trois faces et qu’une ou plusieurs d’entre elles ont une forme triangulaire.

Comme pour tout le reste, le prix de l’installation varie considérablement d’un bout à l’autre de la France. En outre, c’est précisément le prix de l’installation qui fait gonfler le chiffre global, puisque les kits eux-mêmes sont tout à fait abordables.

A lire également :  Pourquoi choisir une porte d'entrée double ?

Comment installer un système de faîtage à sec

En fonction du système de faîtage sec que vous choisissez, le processus d’installation peut varier légèrement. Nous recommandons toujours de suivre les instructions d’installation du fabricant.

  • Première étape : Posez la sous-couche de toiture comme d’habitude et lissez le toit jusqu’à la rangée supérieure de lattes de toiture.
  • Deuxième étape : Ajustez les supports pour qu’ils soient à la hauteur appropriée (cela dépend de la pente de votre toit et de la taille des tuiles). Fixez un support de liteau au sommet de chaque chevron à l’aide de clous à tige annulaire en acier inoxydable.
  • Troisième étape : Posez une latte de bois entre les supports, puis pliez les montants sur la latte et fixez-les en place.
  • Quatrième étape : Posez et fixez les tuiles de chaque côté selon les recommandations du fabricant.
  • Cinquième étape : Lorsque les tuiles de la rangée supérieure sont sèches, enroulez le rouleau de ventilation le long du faîte du toit. Fixez le rouleau à intervalles réguliers à l’aide d’agrafes ou de clous à feutre. Retirez ensuite le dos de la bande d’étanchéité et poussez les bandes d’étanchéité vers le bas pour suivre les contours des tuiles.
  • Sixième étape : Posez les tuiles faîtières le long du faîte, en insérant un raccord de faîtage dans chaque espace entre les tuiles. Vissez ensuite la plaque de serrage sur la tuile faîtière et dans la latte.
  • Septième étape : N’oubliez pas d’utiliser un embout ou un bloc de faîtage à l’extrémité du faîtage.

Les avantages d’un système de faîtage à sec

Les systèmes de faîtage à sec apportent un certain nombre d’avantages à votre projet de couverture.

A lire également :  Isolation en Liège : Comment ça Fonctionne ?

L’installation

Tout d’abord, le processus d’installation est relativement rapide et simple, ce qui permet de réaliser d’importantes économies en termes de temps et de main-d’œuvre.

Peu d’entretien

Deuxièmement, une fois installé, un système de faîtage à sec nécessite très peu d’entretien, contrairement au système de faîtage traditionnel à base de mortier qui nécessite un entretien régulier pour remplacer le mortier dégradé.

Résistance aux intempéries

La solidité du système de faîtage à sec est un autre de ses principaux attraits. En cas de mauvais temps ou de vent fort, vous pouvez être sûr que vos tuiles de faîtage ne s’envoleront pas et ne causeront pas de dommages à votre toit ou à tout ce qui se trouve en dessous. En outre, le système est imperméable, ce qui empêche les infiltrations d’eau dans les espaces de toiture, ce qui peut se produire avec les tuiles faîtières à base de mortier endommagées.

Flexibilité

Les systèmes de faîtage à sec offrent également à votre toit un niveau de flexibilité qui n’est pas possible avec les systèmes de faîtage à base de mortier. Les toits subissent naturellement des mouvements, qu’il s’agisse des vibrations des transports et des machines à proximité, ou de la dilatation et de la contraction thermiques. Ces mouvements étaient l’une des causes de l’apparition de fissures dans le mortier des systèmes de faîtage traditionnels, mais le système d’arêtes sèches permet des mouvements sans risque de dommages.

Ventilation

Une autre caractéristique des systèmes de faîtage à sec est qu’ils peuvent fournir un niveau de ventilation qui est autrement impossible avec les tuiles faîtières traditionnelles. La faîtière déroulante permet à l’humidité de s’évacuer du vide sous toit, ce qui contribue à prévenir l’accumulation de condensation susceptible d’entraîner la pourriture et d’autres problèmes susceptibles de provoquer des dommages structurels.

Vu sur

JDN
Batimat

Nous contacter ?